jeudi 17 novembre 2011

Billet du 25 novembre

Semaine chargée en voyages et divers déplacements... désolé pour les fréquences erratiques du billet.... je vais me corriger promis...

Je réfléchissais à ceci:

  • d'abord essayons de mieux comprendre ce qui suit. En l'an 2000, il y avait 136 morts sur les routes par million d'habitants en France ; ce qui fait pour 2001, 7720 disparus dont 2 027 âgés de 15 à 24 ans... ! Les causes identifiées , parmi plusieurs : vitesse, alcool, drogue, drogues dites douces avec médicaments,  téléphone au volant, non port de la ceinture etc....

     L'État a pris les choses en main : il faut que cela cesse ! Un couple de 32 ans et leur gamine de 6 mois tués dans un accident causé par un conducteur qui avait 2.4mg d'alcool dans le sang : c'est horrible mais globalement, c'est (pas sûr du mot juste) "anecdotique" parmi 7 720 tués.... Il faut voir le problème globalement et le prendre à bras le corps non ?? C'est moins anecdotique lorsqu'il s'agit de notre fils, de sa femme et de notre petite fille.... je sais. Mais le problème reste entier quand même.....
  • il faut donc s'élever au-dessus de la mêlée pour définir et mettre en place des solutions efficaces.
  • La France a donc mis en place un système (en extension toujours en 2011 et bientôt 2012)) de radars fixes et mobiles modernes et "grandement" améliorés; le concept est simple (mais je suis sans doute naïf) :

    à part les cas d'alcool, de drogue au volant etc et, les accidents arrivent dans des zones routières dites "accidentogènes" (il y a corrélation vitesse, zone et accident mortel ou avec blessés).

    Donc le rôle du panneau radar est d'avertir l'automobiliste en disant que dans les prochains, disons 500 mètres, il y a un radar fixe, donc une zone propice aux accidents souvent mortels; alors chauffeur ! ATTENTION !

    Sauf que si le conducteur ne fait pas attention, le flash touche son portefeuille et son nombre de points style petite ou grosse tape sur les doigts. Mais personne n'arrête le conducteur : il découvre le fait dans sa boite à lettres, entre-temps il continue son excès de vitesse....
  • Fin 2110, il y avait 3724 morts sur les routes au lieu de 7720 en 2001 :: bravo, continuons..

  • En 2010 toujours, il y a eu 9 millions de PV pour plus de 17 millions d'infractions/flash relevés (brouillard, photo floue, plusieurs voitures, plaque étrangère etc)  LE radar fixe le plus performant c'est celui sur l'A31, autoroute à 4 voies, à la hauteur de Maxeville, sortie 34 vers Nancy,  : 169 521 flash en un an !!!
  • Avertir le conducteur de l'approche d'une zone dangereuse est un geste civique important. Tous en conviennent !
Or la gouvernement a décidé , puis reculé un peu (élections en vue !!), d'enlever les panneaux avertisseurs et d'interdire les systèmes embarqués style Tom-Tom, Coyote etc qui informent le conducteur à l'avance de l'approche d'une zone accidentogène et lui disent par un son ou une alarme s'il dépasse la vitesse autorisée sur la route où il se trouve précisément grâce à son GPS embarqué. Donc le conducteur bon père de famille lève le pied car avec nos véhicules modernes, se retrouver à 110 dans une zone de 90 ou mieux, conduire à 125 sur autoroute (norme 130) sans se douter que telle section est "tombée" subitement à 110 ou même 90.... cela fait désordre... (j'ai eu le cas sur l'autoroute vers Millau (à 130), flashé à 110 "dans une zone de 50 !!!") Ou bien, normalement conduire à 85 dans une zone de 90 pour, dans une courbe, se retrouvé "flashé" parce que, dans la courbe, c'est devenu "zone 50" :: cela fait plus que désordre....

De deux choses l'une :

ou bien ce système de radars est une pompe à fric pour les finances publiques et alors il faut le dire (sinon le gouvernement avance "masqué")....

ou bien cela procède d'un désir sincère de réduire les accidents mortels sur les routes et dans ce cas, tout ce qui peut alerter le conducteur de l'approche d'une telle zone risquée est ESSENTIEL (panneaux, GPS etc...) et ne doit pas être enlevé.

Qu'on sanctionne ceux qui passent outre, bravo car ils mettent en jeu leur vie et celle des autres en plus de causer des surcoûts éventuels au système de soins. Qu'on sanctionne celui qui est flashé à 52 dans une zone de 50, même ramené (vitesse +/- réelle 57, erreurs possibles de calibration) ne sanctionne pas une conduite dangereuse, n'a pas valeur éducative et n'a qu'une seule valeur : pompe à fric....

Passer outre au feu rouge est éminemment dangereux et doit être sanctionné: bravo. Mais sanctionner un véhicule à l'arrêt donc le pare-choc dépasse d'un poil la double ligne blanche n'est pas "sanctionner une conduite dangereuse outrepassant la loi" Il s'agit d'une pompe à fric.....

Les morts sur les routes, disons comme cela, c'est triste mais cela ne coûte rien à la SECU; on oublie et on parle peu des blessés. Ce fric ramassé à la pelle par les radars, il va où? diminuer la dette ou aider la SECU et les budgets des urgences??.

Une attitude transparente de nos dirigeants devrait être celle-ci (à part laisser les panneaux, en ajouter les dits "pédagogiques" et ne pas interdire les systèmes embarqués):
  1. à la fin de chaque année, divulguer le montant brut et le net des recettes radars (les radars il faut les acheter, les poser, les entretenir, payer la téléphonie GSM, l'envoi des contraventions, bref administrer le système etc (cela coûte combien et cela rapporte combien?)
  2. Expliquer chaque année où va le NET : xx% à la SECU, yy% aux hôpitaux, zz% aux pompiers etc


Sur ce , ciao et si possible à demain.

Henri