mercredi 11 janvier 2012

Un berbère ose parler et je le cite... chacun voit midi à sa porte...

Un Berbère qui n'a pas la langue de bois ...

DE HAMDANE AMMAR

Lettre ouverte à la sénatrice socialiste Bariza Khiari, qui ose parler d’un bon Islam…

Tout d’abord, excusez mon audace, car j’ai beaucoup hésité avant de vous écrire, pour soulever le problème
de l’Islam et pour répondre aux déclarations que vous avez faites sur la chaîne de télévision parlementaire.

En effet, vous avez dit qu’il y a une grande différence entre votre Islam et celui qui fait débat actuellement
à travers le monde. 

Sachez Madame la Sénatrice, que je ne partage pas votre point de vue. 

Je crois savoir, si mes sources sont fiables, que vous avez les mêmes origines que moi : berbères.

Eh bien, ouvrons les manuels d’histoire, les plus anciens.

L’Islam s’est propagé en Afrique du nord par l’épée et il a soumis nos ancêtres communs par la terreur, en
appliquant à la lettre le Djihad.
Sinon comment  expliquer que Okba le conquérant était devenu le libérateur et Koceyla, le patriote,
était devenu l’ennemi de son propre pays, passant aux oubliettes de l’histoire ?

Qui se souvient du prince Koceyla en Algérie ? Personne, parce qu’il était Chrétien !
Mais une ville du sud algérien porte le nom d’Okba pour le glorifier. Qui dit mieux ? mais pourquoi pas !

Ce ‘‘valeureux’’ chef musulman Okba, pour mieux humilier et rabaisser plus bas que terre nos ancêtres amazighs, à son retour dans son pays, emmena dans ses bagages en plusieurs années 25.000 adolescentes berbères comme “butin de guerre” séquestrées au cours de ses razzias qui furent vendues comme esclaves sexuelles sur les marchés de Damas et de la région.

Et j’en passe mais sans oublier la diabolisation bien orchestrée de la Reine Kahina, par les envahisseurs de la Numidie qui perdure jusqu’à nos jours. Quant au Coran que l’on nous impose de respecter mais pourquoi pas dans ses bons principes , c’est l’auberge espagnole, on peut y faire le marché à la carte, suivant le goût et l’odeur du moment. 

La religion islamique, pardonnez moi, est une vraie lessiveuse des esprits…

Madame la Sénatrice et, avec votre permission, évoquons le sort réservé à la femme en Islam.
Et commençons par Mahomet, lui-même, ne s’est-il pas marié avec Aïcha, la gamine de neuf ans,
alors qu’il en avait cinquante deux ou cinquante trois ? N’avait-il pas pris comme épouse Zineb,
la femme de son fils adoptif Zaïd, après l’avoir contraint à se séparer d’elle, par un verset coranique ?

Et combien d’épouses et de femmes esclaves, avait-il possédé durant sa vie ?...
C'est une question que je me pose et que je vous pose et j’attendrai votre réponse pour aérer
mon esprit embrouillé.
Quant au statut de la femme, l’Islam a scellé son sort depuis 14 siècles.
Il n’y a qu’à voir ce que les versets coraniques ordonnent en ce qui concerne le témoignage,
l’héritage, la polygamie, le mariage, le divorce à son sujet….
N’est-il pas écrit dans le Coran : « les hommes sont supérieurs aux femmes parce que Allah leur a octroyé la supériorité sur elles.
Par conséquent, il donne aux hommes le double de ce qu’il donne aux femmes.
Les maris qui souffriront de la désobéissance de leurs femmes, peuvent les châtier : abandonner leur lit et même les frapper.
Il n’a pas été légué à l’homme pire calamité que la femme. »

Arrêtons de nous voiler la face et de radoter que c’est un complot ourdi par nos ennemis que
nous avons appris à ânonner haut et fort pour dédouaner l’Islam de la situation d’infériorité
qu’il a infligé à nos mères, à nos épouses, à nos sœurs, et à nos filles depuis 14 siècles.

Mais pour ma part, je crois que nous parlons de l’Islam sans connaître sa matrice, la bédouinité.

Je pourrai soulever d’autres questions qui fâchent, à l’exemple de l’esclavage qui est codifié par l’Islam,
le sort des juifs et des chrétiens qui deviennent des “dhimmis”.
Quant au sort du renégat, il est vite expédié, car il est du devoir de chaque musulman de lui couper
la tête. On devient musulman par héritage et pour l’éternité… Où sont passés les droits de l’homme et où est passée la liberté de conscience, de confession en territoires islamiques dont se gargarisent les intellectuels musulmans confortablement installés en Occident, terre par excellence des Infidèles, qui squattent à longueur d’année certains plateaux de chaînes de télévisions avec la complicité des journalistes en quête d’audimat ?

Quant à moi, j’ai des trous de mémoire, excusez-moi, j’ai oublié qu’il y a une vraie douceur de vivre en terre Chrétienne, mille fois mieux qu’à la Mecque. 


Alors de grâce, ces censeurs de conscience (surtout en la doulce France) qui croient dur comme fer
que l’Islam est humaniste, pourquoi s’accrochent-ils contre vents et marrées à demeurer en Occident
alors qu’ils seraient mieux lotis en terre d’Islam pour adorer Allah en toute quiétude sans qu’ils soient
gênés par le comportement immoral des Occidentaux comme ils ne cessent de le radoter, aux pays
du porc et du vin?

Quant à moi, je les invite à me rejoindre dans l’enfer de l’arabo-catastrophisme, je les y attendrai
avec du lait et des dattes tout en leur souhaitant la bienvenue au club des damnés de la terre,
car de Tanger jusqu’à Djakarta, je n’aperçois qu’aliénation culturelle, haine, sous-développement,
misère et désolation.


J’arrête de divaguer mais pas avant de vous avoir dit, Madame la Sénatrice, que la femme (comme vous )
n’a pas le droit de fouler le paradis où elle sera remplacée par les houris. 


Heureux le musulman qui accédera au ferdaous, le jour du jugement dernier, car il aura à sa disposition
soixante douze houris et des rivières de vin ( verset coranique). 


Et je vous défie de m’apporter les arguments contraires.


Arrêtez de faire de la manipulation, car tôt ou tard la vérité éclatera et les Français de gauche découvriront enfin le vrai visage de cette religion basée sur les mensonges, l’exclusion et la barbarie quand ils seront devenus des dhimmis mais ce jour-là, il sera trop tard.


Veuillez agréer, Madame la Sénatrice, l’expression de ma haute considération.


Hamdane Ammar