mercredi 1 février 2012

Débattre en France (en audiovisuel), un mépris envers l'auditeur !

Billet du 1er février

Il appert que, malheureusement, actuellement dans l'actualité française (pourtant essentielle pour notre avenir), les "débatteurs" invités sur différents plateaux télé ou même radio, ne peuvent s'empêcher de s'empiler les uns sur les autres, se coupant la parole de façon impolie (a minima) et violemment, parlant à tue-tête, tous en même temps, polluant complètement la compréhension des idées des uns et des autres.... Et nous dans tout cela ?? !!

Je trouve cela extrêmement MÉPRISANT pour les français qui écoutent, regardent et qui cherchent à comprendre un peu, une situation fort complexe avant de faire un choix vital pour tous. C'est comme si le "débatteur" se disait : peu importe si MES idées ne sont pas audibles, j'ai réussi à empêcher que les idées de l'autre soient entendues... Sans compter l'animateur (trice) qui s'y met aussi très souvent : le régulateur débat et parle en même temps que tous, mettant en avant ses propres convictions et orientations !!! Non mais ! de quelle éthique parle-t-on !!

CELA ME CHOQUE INFINIMENT !!

Des amis me disent: "mais cela ne changera pas, en France, partout, on est passionnés, et c'est cela le débat des idées !!!"

Et bien NON, on ne peut actuellement se payer ce luxe et:

a) les rédactions devraient inscrire leurs animateurs à des formations sur l'art d'animer un débat tout en restant neutre et objectif. C'est un art qui s'apprend !! Et l'éthique, cela oblige !!

b) les directeurs de campagne , les dircom et autres communicants, "hommes de l'ombre", devraient faire la même chose avec ceux de leur camp qui iront sur les plateaux.

c) les chaînes devraient aussi inviter à participer à tel débat, chaque fois, une "madame ou monsieur tout le monde" pour qu'il, elle, ait, enfin, un autre plateau que la rue, les pancartes et les pavés pour faire voir son côté du miroir! Moi, j'irais n'importe quand si on m'en donnait l'opportunité. 

Attention ! je ne dis pas: regroupons, tel un troupeau, certains, et seulement, les gens ordinaires pour les faire débattre entre eux; NON !

À un débat qui regroupe Barbier, Hollande, un économiste, un syndicaliste, (par exemple...) ajoutons une femme et un homme "du peuple" et surtout, n'imaginons pas que "le peuple" n'aurait rien à dire ou serait trop terrorisé pour faire entendre sa voix.... 

GRAVE ERREUR CE SERAIT QUE D'IMAGINER TELLE PEUR!!