samedi 28 avril 2012

Billet de la nuit

Tout passe, chacun le sait; tous ignorent de quoi sera fait demain.


Lundi 7 mai, un nouveau monde de France commencera, peu importe qui sera l'élu et le soleil, la joie et la sérénité ne seront pas de la fête. Cela, on le sait déjà, peu importe l'élu. Les médias et le journalisme (ce qui en reste) aura à porter un lourd fardeau.


Ce jour-là, le journalisme et les journalistes doivent remettre en question leur métier et leur déontologie, s'ils veulent survivre. Ils seront, ils sont remplacés déjà par l'Internet où chaque citoyen est SON propre journaliste !


J'en appelle à tous les journalistes à qui il reste un peu de bon sens pour qu'ils mettent sur pied les Etats généraux du journalisme pour mettra à plat, réviser et redonner à la profession ses lettres de noblesses par:


- la création d'une Corporation Professionnelle des journalistes (comme le Collège des médecins ou celle des avocats) qui se préoccupera, entre autres, de déontologie, de formation continue, de recherche et de discipline (entre autres)


- créera une Charte de déontologie enseignée dans les Ecoles et suivie parce que, adoptée sous serment par chaque journaliste.


- création un Comité de discipline pour sanctionner les manquements à la Charte.


- créera un Comité de 7 Sages qui dirigera, comme conseil d'administration, le fonctionnement de la Corporation


- délivrera la Carte Officielle de Presse ou au moins, ajoutera son imprimatur à celle du Ministère de l'Intérieur


- créera un Comité de Recherches et Formation afin de faire avancer la profession et donner un imprimatur à ce qui est enseigné (programme).


- enfin créera un système de coaching où (comme le buddy system en plongée sous-marine) le / la jeune journaliste sera supportée et conseillée par un senior. Cela évitera les questions stupides comme on a vu récemment lors de l'affaire Mérah (et plus...)


Si vous me dites : " mais tout cela existe actuellement " alors il faut remettre à plat vite vite car ce n'est pas ce qui se passe..... exemple Pujadas :: une honte pour la profession ainsi que 90% de vos membres qui oublient leur fonction et la déontologie pour émettre leurs propres convictions de citoyen ! Ils ne s'expriment pas comme citoyen, on ne leur demande pas cela :: ils doivent s'exprimer comme JOURNALISTE.....


Alors seulement mes fils, mes filles, vous serez honorables et crédibles ! sinon vous êtes finis !! comme les sondeurs....