dimanche 10 juin 2012

Comme quoi il y a des coups de pied au cul qui se perdent à Paris !!



 

 Creuse : les bouseux vous saluent bien !

Le Point.fr - Publié le 08/06/2012 à 17:33 - Modifié le 10/06/2012 à 10:31

Technikart a cru bien faire en se moquant de la Creuse. Les branchouilles se sont pris une volée de bois vert sur Internet. Pas volé, tiens !


À force de vouloir être branché, on devient ringard. Technikart, magazine parisianiste à faible tirage, a suscité un immense émoi en Creuse en attaquant bille en tête - on se demande bien pourquoi - Guéret et ses environs pour son inactivité culturelle sous un titre flatteur : "La bouse ou la vie". La direction présente ses excuses dans le numéro de ce mois-ci. Bien obligé. Car cette prise de position a dépassé les voeux de nos provocateurs. Les Creusois, plus branchés que certains peuvent le croire, se sont déchaînés sur les réseaux sociaux. Une véritable jacquerie internétique qui a laissé pantois nos Parisiens, d'habitude plus prompts à la repartie.

Certes, la Creuse n'est pas le coeur de cible de ce magazine : la maison de la presse de Guéret vend deux exemplaires de Technikart à chaque livraison. Mais quand même... Nos amis devraient traîner un peu plus leurs basques dans ce coeur vert de la France.
Une terre qui inspire les écrivains

À l'instar de Claude Miller, metteur en scène et scénariste, qui a écrit en Creuse l'essentiel de son oeuvre, ou de l'écrivain Éric Reinhardt, dont le livre-star de l'année littéraire 2011 Le système Victoria s'achève ici même, ou encore l'auteur de polars Sylvie Granotier, qui a fait de cette terre "son" Montana. Perdue pour la culture, la Creuse ? C'est grâce à ce territoire que Houellebecq a décroché la carte du Goncourt ! Et on ne vous dit pas ce que penserait d'une telle polémique le cinéaste Claude Chabrol, qui y avait ses racines et y faisait sans cesse référence. On attend la réaction du maire d'Argenton-sur-Creuse (dans le département voisin de l'Indre), nouveau ministre et ami intime de François Hollande, Michel Sapin dont la maison sert actuellement de scène pour le tournage d'un film fantastique, Fièvre. Nos amis de Technikart n'ont pas trouvé la fièvre à Guéret, Bourganeuf ou La Souterraine. Plus qu'une seule solution pour eux : s'attaquer à la Corrèze. Même pas cap !