dimanche 8 juillet 2012

Vous aviez lu cette analyse vous ??? à faire peur.... pensons au LIBOR etc (cf précédent post)

http://www.atlantico.fr/decryptage/accord-europeen-hollande-vote-pillage-france-banques-bruno-bertez-411213.html

CITATION (mais allez aussi sur le site...)

Nous avons expliqué que la défaite de Merkel était une victoire pour les kleptos ou plutôt pour le couple klepto-états. Le couple klepto-États étant cimenté par le fameux “je te tiens, tu me tiens par la barbichette…”. Les kleptos financent les dépenses des États qui en échange les aident à tondre les citoyens, les épargnants, les nourrissons et tous ceux qui ne sont pas encore nés...

Angela Merkel, nulle en diplomatie selon la tradition allemande, nulle en dialectique comme tout membre d’un gouvernement, s’est faite manœuvrer par Mario Monti / Goldman Sachs et, le dos au mur, elle a accepté de signer l’accord infâme qui vend la peau des citoyens aux banques. Pour sa défense, elle a argué que c’était purement tactique, pour sauver le vote du Bundestag sur le Mécanisme européen de stabilité et l’intégration fiscale.

De reculades en reculades, elle a donc laissé s’ouvrir une brèche.

La brèche a été reconnue par les marchés qui se sont envolés et surtout par l’organe klepto phare, le Financial Times qui a écrit : "It’ a very good aggreement" (excellent accord). Si le FT le dit, c’est que la cause est entendue.

 
Il est évident que la France est responsable de cet accord infâme, dans la mesure où François Hollande a échangé son soutien au pacte fiscal contre le plat de lentilles d’un faux plan de soutien à la croissance de moins de 1% du PIB européen. Et qu'il a soutenu Mario Monti et Mariano Rajoy dans leur coup de chantage contre Angela Merkel.

La France a passé un marché de dupes, car c’est elle - avec l’Allemagne - le plus gros contributeur du MES, lequel va être pillé par les banques privées : Hollande a voté pour le pillage… de la France. Lui qui n’aime pas les riches, il les engraisse ! Sans aucun espoir de voir un jour la France en bénéficier, car si la elle venait a être classée "pestiférée", elle serait trop grosse pour être sauvée et donc trop grosse pour le MES et l’Allemagne. La France a voté contre ses véritables intérêts à long terme, lesquels étaient - et restent - de tenir le cap pour ne pas augmenter trop ses engagements. Il faut se souvenir que le MES ne fait au maximum des maximums que 500 milliards et qu'une fois que les banques l’auront pillé, il ne restera plus grand chose.

Comme le dit Munchau, la seule victoire d'Angela Merkel est d’avoir refusé l’augmentation de la masse des "bail out funds" (fonds de sauvetage) européens. Ce qui confirme que la France ne pourra pas en profiter et que ses engagements ne serviront qu’aux autres et … à l’endetter encore plus. On rit des soi-disant trous découverts dans le budget ces jours ci, de ces misérables petits milliards en regard du coup de crayon magique qui vient d’augmenter les risques du pays, dans la plus totale immoralité.

Le Bundestag est un ramassis de politiciens lâches, ils auraient dû voter contre la ratification du MES et du pacte fiscal, mais la fameuse discipline antidémocratique qui fait voter pour le pouvoir en place et contre les peuples a joué : le Bundestag a ratifié un accord marqué par le chantage. Un accord contre les intérêts du peuple allemand .

Nous sommes heureux de notre analyse, selon laquelle les kleptos avaient marqué une victoire et jubilaient car Garin Hewitt, european editor de BBC news, vient ce matin de rejoindre notre camp et soutenir notre analyse.