jeudi 13 décembre 2012

Petit billet court avant de revenir avec la Duflot !

Après avoir bien suivi les péripéties, insultes du Ministre incluses, recadrage du Premier Ministre et fuite d'une document controversé (et j'en passe, cris de fureur, pleurs et annonce(s) de catastrophes humaines incluses aussi), il appert, dans cette cacophonie gouvernementale (avec comme premier violon notre cher Ministre Viagra , du Redressement Productif, que:

- Mittal va continuer d'investir et va lancer la recherche ou accélérer la recherche sur les aciers "Premiums", anciens et nouveaux.

- la situation de l'acier dans le Nord est bien mal en point depuis une décennie (donc c'est connu, ce n'est pas une surprise...)

- un investisseur est là pour que son investissement rapporte et non pour perdre des sous (sinon il ferme ses portes et investit ailleurs:: il n'est pas la CAF, la CMU, les services sociaux, une asso pour héberger et nourrir les sans-abris, le gouvernement de la Res Publica etc... Ceux qui ont cru en l'Archange protecteur à tout-va, venu des Indes, se sont totalement gourés ! On demande à Mittal des emplois payés correctement au niveau des responsabilités du poste, de sa dangerosité, des salaires pratiqués dans le métier (il y a des syndicats pour cela mais j'y reviendrai dans le billet suivant) et enfin qu'il traite ses employés humainement car ce ne sont pas des machines.

mais on ne peut lui demander de perdre tout le temps du fric car ce n'est pas sa vocation....Cela nest pas intégré dans la boite crânienne du gouvernement car tout est fait pour faire fuir les investisseurs et non le contraire , les amadouer, les charmer et les faire venir en France pour investir et créer de l'emploi... Mais non.... allez dehors ! on n'a pas besoin de vous!!! Et si c'est vrai, il ne faut pas venir pleurer misère : on les a élus nos incapables mollassons !!; vivons avec les conséquences de nos choix !!


Comme citoyen, nous sommes invités à consommer et à acheter FRANÇAIS et moi, j'ajouterais "acheter français localement le plus possible" je" sais qu'il n'est pas facile de s'y retrouver avec les entourloupettes des produits importés de Chine en pièces et montés en France pour le label.... Mais, au moins, je sais que lorsque j'achète mon steak chez mon petit boucher du coin, je sais très bien (l'étiquette !) qu'il provient d'un boeuf Limousine qui était dans la prairie de mon 3° voisin.....

Mais pour acheter français, ne serait-il pas EXTRA que notre gouvernement donne l'exemple?? n'est-ce pas un point essentiel ?? 

Prenons l'exemple de Peugeot qui n'a pas délocalisé et qui n'y arrive pas et qui annonce un plan de licenciements qui va croissant... Comme dirait Montebourg l'innocent aux mains pleines: pas compliqué on va nationaliser !!

Le gouvernement annonce ce jour une commande de 2.500 véhicules (à Peugeot ?? non non !!! à TOYOTA !!)

Et ce cher ministre des nationalisations oublie...

 (dire qu'il se présentait aux primaires afin de devenir président de notre pays!!, remarquez qu'on n'y a pas gagné au change...) 

...que selon l'INSEE:

La dette publique de la France s’établit à 1 832,6 milliards d’euros et (de moi :: le 1er janvier 2013 dépassera de beaucoup les 2,000 milliards d’euros !!) oui oui... je sais il y a les Mayas entre-temps donc dépensons.... et qu'est que BB- ou C, comme note de Moody et un Tx d'intéret de la dette à 9%++ : peanuts mon ami.....)

À la fin du deuxième trimestre 2012, la dette publique s’établit à 1 832,6 milliards d’euros

Dette trimestrielle dite de Maastricht des administrations publiques – 2e trimestre 2012

La dette publique augmente de 43,2 milliards d’euros entre le 1er trimestre et le 2e trimestre 2012…

À la fin du deuxième trimestre 2012, la dette publique de Maastricht, qui est une dette brute, s’établit à 1 832,6 Md€, en augmentation de 43,2 Md€ par rapport au trimestre précédent. Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe à 91,0 %, en augmentation de 1,7 point par rapport au trimestre précédent. La dette publique nette progresse plus modérément (+25,7 Md€).

…sous l’effet d’une hausse de l’endettement de l’État

La contribution de l’État à la dette augmente de 51,3 Md€ au deuxième trimestre ; il s’agit pour l’essentiel de sa dette négociable à long terme (+36,2 Md€) et court terme (+5,9 Md€) ainsi que d’emprunts à long terme (+9,9 Md€).

alors que les administrations de sécurité sociale se désendettent

La contribution des administrations de sécurité sociale à la dette diminue de 8,2 Md€. La Cades se désendette de 9,5 Md€ : elle rembourse 16,0 Md€ de titres, dont 14,1 Md€ à court terme, émet 4,0 Md€ d’obligations et contracte 2,5 Md€ d’emprunts à court terme. L’Acoss réduit sa dette de 2,6 Md€. L’Unedic et la MSA accroissent leurs endettements respectivement à hauteur de 2,5 Md€ et 1,4 Md€.
La contribution des administrations publiques locales à la dette connaît une évolution comparable aux deuxièmes trimestres des années précédentes (+0,4 Md€).
La contribution des organismes divers d’administration centrale à la dette se stabilise également (-0,3 Md€).
(source: INSEE)