jeudi 25 avril 2013

Discerner ou discernement

Tiens pour donner un coup de main à ceux/celles qui n'ont pas le temps, le loisir, le goût de chercher et/ou de faire l'effort (paresse?? hum...) et comme souvent je dis que ce gouvernement manque de discernement ou encore que nous, le peuple on doit faire preuve de dsicernement en voyant/écoutant journalistes et média, je vous ai mâché (juste un peu...) matière à plus de connaissances... un mot est comme un jeu de piste non... un peu comme un URL bleu  sur internet..... inviation à surfer....

mes amis de Wikipédia:

Le discernement est la faculté de reconnaître ("comme vrai") distinctement en faisant un effort des sens (vue, ouïe,...) ou de l'esprit, ou de tous ces éléments conjugués.

Le discernement peut en première approche se rapprocher de l'intuition. Cependant, l'intuition, qui est une prise de conscience immédiate et individuelle, peut conduire à des erreurs d'appréciation.

Descartes affirmait qu' « il n’y a pas d’autres voies qui s’offrent aux hommes, pour arriver à une connaissance certaine de la vérité, que l’intuition évidente et la déduction nécessaire » (XII° règle).

Dans le contexte de l'apparition de la science moderne (Galilée), cette proposition pouvait sembler de bon sens. Pourtant, nos conceptions du monde ayant évolué depuis le XVIIe siècle, cette affirmation de Descartes peut ne pas s'appliquer dans tous les contextes. En particulier, toute intuition est-elle évidente pour d'autres personnes que celui qui la ressent en fonction de ses propres expériences et perceptions, qui sont nécessairement subjectives ?

Les empiristes, en Angleterre particulièrement, accordent traditionnellement une grande importance à l'expérience (voir méthode expérimentale, Robert Boyle,...).

Toute intuition doit donc être vérifiée à partir de plusieurs sources. Le discernement doit donc faire appel à différents modes de raisonnement. Il est d'autant plus précis qu'il est partagé, et débattu.

Le discernement doit faire appel à de nombreux éléments :
Le discernement est un exercice souvent difficile, car il nécessite de s'affranchir des sophismes qui peuvent encombrer le vocabulaire, ou du côté superficiel de certaines affirmations.

Le discernement permet de reconnaître par perception précoce. C'est une qualité utile en intelligence économique et en veille.


Le discernement est une qualité fondamentale dans la spiritualité ignacienne1 : ici, le mot signifie l'aptitude à reconnaître l'action de Dieu dans la vie de tous les jours. En effet, Ignace de Loyola, fondateur des jésuites professait que toute décision humaine est le lieu d’une rencontre avec Dieu. Les exercices spirituels qu'il a mis au point ont pour but de favoriser ce discernement. (note du Vieux QC : Pape François, ce fameux pape noir, devrait nous souhaiter cela à nous français.... et à ceux qui nous gouvernent mal...)

ET PUIS LES TRAVAUX DU CNRTL   http://www.cnrtl.fr/definition/discerner


A.− Vx. Séparer, mettre à part des personnes ou des choses confondues. Synon. départager, discriminer.

1. [L'objet désigne une pers. ou une chose] Voici l'heure, et le fléau de l'Ange De la paille et du grain discerne le mélange (France, Poés.,Noces, 1876, II, 11, p. 203).

2.− [L'objet désigne une pers. ou une chose comparée à une autre] Discerner qqn/qqc. de (d'avec) qqn/ qqc.Discerner l'innocent du coupable (Constant, Princ. pol.,1815, p. 159).
[Par calque du latin de la Vulgate] (Cf. Ps. 42/1).Jugez-moi et discernez ma cause de la race d'Édom et d'Amalech (Claudel, Corona...,1915, p. 391).

B.− Usuel


1. Distinguer par la vue une chose ou une pers. de manière à éviter toute confusion avec ce qui lui ressemble ou la cache.


a) [L'objet désigne une pers. ou une chose] Distinguer les objets. Ces baigneuses en marbre tout enveloppées de draperies, dont on admire la stature sans bien discerner les formes (Lamart., Raphaël,1849, p. 142).L'heure où les yeux se fatiguent à vouloir discerner les contours (Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 982):
1. Peu à peu alentour les masses des arbres prenaient forme, on discernait les meules et les bas hameaux solitaires; soudain tout l'Orient éclata en musique. Montherlant, Le Songe,1922, p. 102.
Emploi pronom. à sens passif. On parvient à un endroit où se discerne un monticule sombre (Barbusse, Feu,1916, p. 226).

b) [L'objet désigne une pers. ou une chose comparée à une autre] Discerner qqn/qqc. de (d'avec) qqn/qqc. Discerner (...) une ronce d'avec une vigne sauvage (Lamart., Tailleur pierre,1851, p. 476).

2. P. ext. Percevoir distinctement par un autre sens que la vue. Manquer de goût, c'est être privé d'une faculté exquise, de la faculté de discerner la qualité des aliments, comme on peut être privé de celle de discerner les qualités d'un livre ou d'une œuvre d'art (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Rosier MmeHusson, 1887, p. 683):

2. ... je ne distingue pas ceux [les goûts] de l'acide et de l'alkali qui le composent; quand le noir et le blanc se mêlent, j'ai la sensation de gris, et je ne distingue pas les couleurs composantes; quand je sens un pot-pourri bien fait, je sens l'odeur du pot-pourri, et ne discerne pas celle de chaque fleur; quand j'entends un son, souvent je ne discerne pas chacun des sons harmoniques qui le composent... Destutt de Tracy, Éléments d'idéologie,Idéologie, 1801, p. 153.

3. Au fig.


a) [L'objet désigne une pers. ou une entité] Reconnaître distinctement la nature, la valeur d'une pers. ou d'une chose. Discerner (...) l'âme à travers l'enveloppe du corps (Karr, Sous tilleuls,1832, p. 259).Le pouvoir de discerner (...) la présence du diable (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 153).
Emploi abs., rare. Quel esprit profond! Comme il discerne (Laya, Ami loix,1793, IV, 1, p. 69).

Discerner que,rare. Je discerne que la lutte sera rude (France, Île ping.,1908, p. 271).

MORALE et SPIRITUALITÉ. Reconnaître distinctement ce qui est bon ou mauvais pour la vie morale et spirituelle :

3. Il appartient au sens chrétien, à l'esprit de foi, au don de conseil, de discerner les directions providentielles dont nous avons parlé, et d'apprécier, en chaque cas, l'étendue, l'importance et l'urgence de la docilité requise. Maritain, Primauté du spirituel,1927, p. 49.

Emploi pronom. réfl. C'est à vous qu'il appartient de vous discerner et de distinguer le meilleur mode pour employer saintement votre temps (Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 28).

b) [L'objet désigne une pers. ou une entité comparée à une autre] Discerner qqn/qqc. de (d'avec) qqn/ qqc.Discerner les faux prophètes d'avec les gens apostoliques (Bremond, Hist. sent. relig.,t. 3, 1921, p. 332).Discerner le bon du mauvais art (Lhote, Peint.,1942, p. 10).

MORALE. Distinguer ce qui est bon, permis, de ce qui est mauvais, défendu; p. ext. être moralement responsable de ses actes :


4. ... c'est en tant que rationnel, donc en tant que personne, que l'individu peut discerner le vrai du faux, c'est-à-dire avoir une science, et discerner le bien du mal, c'est-à-dire avoir une morale. Gilson, L'Esprit de la philos. médiév.,1931, p. 210.


SYNT. Discerner clairement, nettement, vaguement; croire, essayer de, permettre de, pouvoir, savoir discerner; incapable de discerner; il est aisé, facile, possible de discerner.

Rem. On rencontre ds la docum. a) Discernant, ante, adj. Qui fait preuve de discernement. Discernant apôtre et moraliste plein de judiciaire (Bloy, Désesp., 1886, p. 200). b) Discerné, ée, adj. Qui a fait l'objet d'un discernement, d'un choix. Servante prosternée Ô Notre Dame, Suivante discernée Ô simple femme (Péguy, Quatrains, 1914, p. 521).

Prononc. et Orth. : [disε ʀne], (je) discerne [disε ʀn]. Enq. : /diseʀn/ (il) discerne. Ds Ac. 1694-1932.

Étymol. et Hist. 1. xiiies. « séparer » (Cout. d'Artois, 53, Tardif ds Delb. Notes); début xvies. en partic. discerner le bien du mal (Gringore, Œuvres, éd. A. de Montaiglon et Ch. d'Héricault, t. 2, p. 190); 2. 1310 « distinguer, percevoir » (Fauvel, éd. Långfors, 460). Empr. au lat. class.discernere « séparer; distinguer ». Fréq. abs. littér. : 1 059. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 642, b) 777; xxes. : a) 1 681, b) 2 526.