dimanche 15 mars 2015

L'excellent curateur Patrick donnes des nouvelles

1416-Le monde doit-il se préparer à une "guerre" contre une pandémie mondiale ?

1417-Paralysie : des mouvements possibles grâce à la stimulation électrique

1418-BONE THERAPEUTICS : Une approche révolutionnaire pour reconstruire l’os

1419-Ouganda : Un crocodile de plus d’1 tonne mangeur d’hommes capturé

1420-Alimentation: Pourquoi les végétariens sont en moins bonne santé? – PLoS ONE

1421-Alzheimer: La caféine dissout la protéine Tau

1422-L’homosexualité guérie par homéopathie !

1423-Comment l'US Navy transforme de l'eau de mer en carburant

1424-Reeves : pour l'évolution de la notion d'humanisme

1425-Ce composé d’huile d’olive tue les cellules cancéreuses en moins d’une heure

1426-Un appareil révolutionnaire pour mesurer la douleur

1427-Les «secrets» des compagnies aériennes que les passagers ignorent

1428-Et si les femmes simulaient l'orgasme pour leur plaisir ? Faire semblant peut avoir du bon

1429-Un océan découvert sous la surface d'une lune de Saturne

1430-Drone : "pas le droit de voler en dehors de votre maison, ou de votre jardin"

1431-Dis-moi à quelle heure tu manges, je prédirai la réussite de ton régime

1432-Paraplégique depuis quatre ans, elle remarche grâce à un exosquelette

1433-Les femmes sont biologiquement attirées par les hommes drôles

1434-Les microbes de l'extinction

1435-Des scientifiques ont découvert une espèce de bactérie qui se nourrit d’électricité




----------------------------




1416-Le monde doit-il se préparer à une "guerre" contre une pandémie mondiale ?

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150128.OBS1006/le-monde-doit-il-se-preparer-a-une-guerre-contre-une-pandemie-mondiale.html

28-01-2015




Pour le milliardaire Bill Gates, cela ne fait aucun doute. Lors d'une conférence de donateurs de l'Alliance globale pour les vaccins, il a appelé le monde à se préparer contre des virus encore inconnus.




Le milliardaire Bill Gates qui participait mardi 27 janvier à Berlin à une conférence de donateurs de l'organisation Gavi, l'Alliance globale pour les vaccins et l'immunisation, est persuadé qu'il serait imprudent de ne pas se préparer au risque d'une pandémie mondiale. ©BERND VON JUTRCZENKA / DPA / dpa Picture-Alliance

Le milliardaire Bill Gates qui participait mardi 27 janvier à Berlin à une conférence de donateurs de l'organisation Gavi, l'Alliance globale pour les vaccins et l'immunisation, est persuadé qu'il serait imprudent de ne pas se préparer au risque d'une pandémie mondiale.




GUERRE. Le milliardaire Bill Gates estime que le monde doit tirer les leçons de la bataille contre le virus Ebola pour se préparer à une "guerre" éventuelle contre une maladie mortelle mondiale, avec l'aide des nouvelles technologies.




« Un pathogène encore plus difficile (qu'Ebola) pourrait apparaître : une forme de grippe, une forme de SRAS ou un type de virus que nous n'avons encore jamais vu »




L'Américain, qui participait mardi 27 janvier à Berlin à une conférence de donateurs de l'organisation Gavi, l'Alliance globale pour les vaccins et l'immunisation, est persuadé qu'il serait imprudent de ne pas se préparer au risque d'une pandémie mondiale. "Un pathogène encore plus difficile (qu'Ebola) pourrait apparaître : une forme de grippe, une forme de SRAS ou un type de virus que nous n'avons encore jamais vu, a-t-il indiqué. Nous ne savons pas si cela arrivera mais le risque est suffisamment important pour que l'une des leçons à retenir d'Ebola soit de nous interroger : sommes-nous suffisamment prêts ? C'est comme quand nous nous préparons à la guerre. Nous avons des avions et nous nous exerçons à cela", a-t-il poursuivi. Selon lui, se préparer pourrait signifier avoir des bénévoles qui soient entraînés à intervenir rapidement en cas d'urgence sanitaire, à l'image des plans conçus dans les pays les plus durement frappés par Ebola, la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone qui ont enregistré près de 8.700 morts, selon le dernier bilan de l'OMS.




Celui qui est classé par le magazine Forbes comme l'homme le plus riche du monde avec une fortune de quelque 80 milliards de dollars (70 mds EUR), a expliqué que la fondation qu'il dirige avec son épouse Melinda distribuait environ 4 milliards de dollars par an pour venir en aide aux plus pauvres dans le monde.




La vaccination, une priorité mondiale

Les vaccins sont "les plus grands sauveteurs de vies humaines", selon l'Américain de 59 ans qui a salué le fait que la chancelière Angela Merkel accueille cette conférence de donateurs à Berlin et fasse de la vaccination dans le monde l'une des priorités du G7 présidé par l'Allemagne cette année. Il a d'ailleurs fait part de sa préoccupation face à la montée d'un courant anti-vaccination dans les pays occidentaux liée à une peur exagérée des risques associés. "Nous nous concentrons sur les enfants pauvres. Des millions d'entre eux meurent de maladies qui auraient pu être prévenues par des vaccinations", poursuit-il. "C'est malheureux qu'il n'y ait pas un taux de 100% (de vaccination) dans les pays riches. Ils choisissent d'infecter potentiellement des personnes qui ne peuvent pas se protéger", juge Bill Gates, relevant que des maladies comme la rougeole ou la coqueluche se répandent à nouveau.




« Les nouvelles technologies innovantes vont permettre de voir ce qui se passe à bien moindre coût » - Bill Gates




Le cofondateur de la société de logiciels Microsoft souligne également l'importance des technologies dans la conduite de campagnes de vaccination. "Nous utilisons des photos prises par satellite pour déterminer où les gens vivent, nous utilisons des GPS avec des téléphones portables afin de voir si les équipes de vaccinations vont bien dans tous les endroits où elles doivent aller, nous faisons des analyses statistiques pour voir s'il y a des enfants que nous avons ratés", explique-t-il encore. "Les nouvelles technologies innovantes vont permettre de voir ce qui se passe à bien moindre coût", selon lui.




----------------------------




1417-Paralysie : des mouvements possibles grâce à la stimulation électrique

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/paralysie-des-mouvements-possibles-grace-a-la-stimulation-electrique-09-04-2014-1811484_57.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Mi-journee]-20140410

Le Point.fr - Publié le 09/04/2014




Cette technique pourrait permettre aux victimes de lésion de la moelle épinière d'effectuer des mouvements volontaires, même plusieurs années après leur accident.




http://www.lepoint.fr/images/2014/04/09/2566627-jpg_2208388.JPG

Il doit exister "des connexions en sommeil" chez des patients pourtant totalement paralysés.




Quatre volontaires paraplégiques peuvent désormais contracter certains de leurs muscles paralysés à la suite d'une lésion de la moelle épinière, grâce à la "stimulation épidurale". Cette technique consiste à appliquer un courant électrique à des fréquences et des intensités variables, dans la partie basse de la colonne vertébrale, la région lombo-sacrée, là où les connexions nerveuses de la moelle épinière commandent en grande partie les mouvements des membres inférieurs. Les trois cas publiés mardi dans la revue britannique Brain viennent s'ajouter à une première expérience dont le Lancet s'était fait l'écho en mai 2011.




Tout avait commencé avec un jeune Américain, Rob Summers, qui était paralysé depuis 2006 à la suite d'un accident de voiture. Au vu des résultats obtenus, les chercheurs du Frazier Rehab Institute (KentuckyOne Health), à Louisville (Kentucky), ont poursuivi leurs travaux chez trois autres hommes, présentant une paralysie motrice totale mais encore quelques sensations. Quelques jours après le début de la stimulation électrique (au moyen du dispositif de Medtronic commercialisé pour le traitement de la douleur), ils ont été capables d'effectuer des mouvements volontaires qui nécessitent un contrôle relativement fin et de les moduler. Ils ont également pu synchroniser les mouvements de leur jambe, de leur cheville et de leurs orteils, voire modifier la force de flexion.




Reprise de mouvements volontaires malgré une paralysie complète

Après plusieurs mois de séances de stimulation appliquée en association avec un entraînement locomoteur à domicile, les tests ont été répétés : certains patients ont réussi à effectuer des mouvements volontaires avec plus de force et moins de stimulation tandis que d'autres avaient gagné en précision. Cette récupération rapide suggère qu'il doit exister "des connexions en sommeil" chez des patients pourtant totalement paralysés. "Quelques contacts existent, mais ne sont pas fonctionnels, et le cerveau est capable de les exploiter", commentent les chercheurs dans le communiqué des National Institutes of Health, qui ont financé ces travaux (avec la Fondation Reeve).




"Nous avons découvert un mode d'intervention fondamentalement nouveau qui peut améliorer considérablement la reprise de mouvements volontaires chez des sujets avec une paralysie complète, même des années après l'accident", commente Susan Harkema, de l'université de Louisville, qui a participé à l'expérimentation. "La croyance qu'aucune récupération n'est possible et qu'une paralysie complète est permanente est désormais contestée", souligne-t-elle dans un communiqué.




En plus de leur capacité à effectuer des mouvements des jambes, les patients ont vu leur état global s'améliorer avec un accroissement de leur masse musculaire, une meilleure régulation de la pression artérielle, une moindre fatigue et une sensation générale de mieux-être. Il s'agit donc d'un réel espoir pour les personnes paralysées, et pas seulement pour les nouvelles victimes d'une lésion de la moelle épinière. Chaque année, en France, leur nombre total augmente de 1 000 à 1 500. Ce sont le plus souvent des adultes jeunes.




----------------------------




1418-BONE THERAPEUTICS : Une approche révolutionnaire pour reconstruire l’os

http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/infos-conseils-valeurs/conseil-du-jour/une-approche-revolutionnaire-pour-reconstruire-l-os-1027905.php?xtor=CS1-15&utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

29/01/15




Créée en 2006, cette société belge a mis au point une technologie de rupture fondée sur la thérapie cellulaire pour prévenir la dégénérescence de l’os et le réparer. Des cellules souches sont prélevées sur le patient ou un donneur sain, sont différenciées en cellules osseuses (production d’ostéoblastes), puis réinjectées dans la zone fracturée ou dans le système sanguin pour les cas d’ostéoporose. L’intervention est mini-invasive (sans ouverture).




 Bone Therapeutics




Le bénéfice thérapeutique se vérifie immédiatement par radiologie et il est acquis une fois l’os reconsolidé. Bone Therapeutics mène deux études cliniques avancées (phase III), la première, dans l’indication de fractures sévères non ressoudées pour des patients en échec ayant déjà subi une ostéosynthèse (pose de broches…) et une greffe osseuse, la seconde, dans la prévention de dégénérescence osseuse de la hanche.




Les résultats de phase II ont été impressionnants, avec près de 85 % des patients guéris dans les cas de fractures non jointives et 65 % d’amélioration dans l’ostéonécrose de la hanche. Par ailleurs, trois essais sont en cours de phase II dans des indications beaucoup plus larges : le retard de cicatrisation de fractures osseuses, la fusion intervertébrale et l’ostéoporose.




Le produit pourrait arriver sur le marché en 2020, avec l’aide d’un partenaire, pour les deux projets les plus avancés. Sachant que 400.000 patients sont face à un vide thérapeutique, le potentiel de ventes du traitement pour ces deux indications est estimé à 500 millions d’euros sur la base d’un prix d’injection unique de 10.000 euros et un taux de pénétration de 10 %.




Enfin, les perspectives du traitement de thérapie cellulaire de Bone Therapeutics dans l’optimisation de la fusion de vertèbres font rêver, alors que la technologie BMP (injection de protéines facteurs de croissance cellulaire), commercialisée notamment par Johnson & Johnson et par Stryker, pour plusieurs milliards, a été retirée du marché à cause d’effets secondaires graves.




----------------------------




1419-Ouganda : Un crocodile de plus d’1 tonne mangeur d’hommes capturé

http://onvoitout.net/ouganda-un-crocodile-de-plus-d1-tonne-mangeur-dhommes-capture/

avr. 08 2014




Un crocodile mangeur d’homme soupçonné d’avoir tué au moins six personnes a été capturé au large des rives du lac Victoriaen Ouganda




http://onvoitout.net/wp-content/uploads/2014/04/805553-428e5194-bcde-11e3-8d13-11191f4f4fe3.jpg




Le crocodile dont l’age est estimé à 80 ans pesant plus d’une tonne et mesurant près de 18 mètres a été découvert enroulé autour d’une corde 4 jours après la pose d’un piège sur lequel était placé un gros morceau de viande servant d’appât.




Les villageois terrorisés depuis des années par la bête avaient exigé que les garde-chasse les aident à capturer l’animal après la dernière disparition d’un pêcheur père de deux enfants dont les vêtements en lambeau avaient été découverts sur le lac.




Des centaines de personnes s’étaient massé pour observer l’animal capturé et ligoté à l’arrière d’un camion au moment de son transfert vers le parc national Murchison Falls près du lac Victoria




Ce crocodile est l’un des plus gros jamais découvert. Le record du plus gros spécimen était jusque-là détenu par un crocodile  découvert aux Philippines pesant 47 kg de moins.




----------------------------




1420-Alimentation: Pourquoi les végétariens sont en moins bonne santé? – PLoS ONE

http://prepa-ifsi.com/cultureg/2014/04/alimentation-pourquoi-les-vegetariens-sont-en-moins-bonne-sante-plos-one/




C’est ce que constate cette étude autrichienne, un risque accru de certaines maladies chroniques et une moins bonne qualité de vie, chez les végétariens- en comparaison des « mangeurs de viande ». Mais l’étude, présentée dans la revue PLoS ONE, démontre l’association et non la relation de cause à effet. En effet, les personnes en moins bonne santé pourraient opter pour un régime végétarien perçu comme plus sain.

http://www.santelog.com/uploaded3/images/Actus%2031/VISUEL%20VEGE.jpg

De nombreuses études ont mis en avant les bénéfices d’un régime végétarien sur le risque cardiaque et de diabète, sur l’hypertension et la cardiopathie ischémique. Par ailleurs, une consommation excessive peut également augmenter certains risques, comme le risque cardiaque ou de certains cancers.




Les chercheurs de l’Université de Graz (Autriche) ont analysé le régime alimentaire de 15.474 autrichiens âgés de plus de 15 ans, ont pris en compte les caractéristique socio démographiques, les comportements liés à la santé dont le tabagisme, la consommation d’alcool et l’activité physique, l’IMC, les maladies et traitements médicaux et la santé psychologique. Les participants étaient répartis en :

Végétaliens
Végétariens avec lait et / ou œufs
Végétariens avec poisson, lait, œufs
Carnivores mais avec un apport élevé en fruits et légumes
Carnivores mais avec un apport modéré en viande
Carnivore avec un apport élevé en viande.
De cette répartition, un groupe de 330 végétariens (des 3 premières catégories) a été constitué. Chaque végétarien a été à une personne de chacun des trois groupes carnivores. Donc l’analyse a porté, au total sur 1320 participants.




Les chercheurs constatent que les végétariens :

On un IMC en moyenne de 22.9kg/m2, inférieur par rapport aux participants des 3 autres groupes carnivores (23,4kg/m2 chez ceux avec un apport modéré en viande, 23,5kg/m3 chez ceux avec un apport
Consomment moins d’alcool ‘en consomment une fois tous les 3 jours),
Ne diffèrent pas sur le tabagisme ou l’activité physique,
S’autoévaluent en moins bonne santé avec plus de déficiences fonctionnelles,
Rapportent plus de maladies plus de maladies chroniques, en particulier :
-          Des allergies (prévalences de 31% vs 17 à 20% chez les carnivores),

-          Des cancers (prévalence de 5% vs 1 à 3%),

-          Des maladies mentales, dont l’anxiété et la dépression (prévalence de 9% vs 4 à 5%).

En revanche, l’incontinence urinaire est significativement moins fréquente chez les végétariens (2 vs 3 à 6%).



En conclusion, de manière surprenante, les végétariens présentent une prévalence accrue de 3 maladies chroniques, les allergies, le cancer et la maladie mentale et déclarent une moins bonne qualité de bonnes données de santé. En fait, la relation de causalité inverse est possible : Les personnes en moins bonne santé pourraient opter pour un régime végétarien perçu comme plus sain.

Au-delà, un mode de vie sain comprend une alimentation riche en fruits et légumes et pauvre en graisses saturées, en sel et en sucres, une consommation modérée d’alcool, l’absence de tabagisme et une pratique régulière de l’exercice.




Source : PLOS One February 7 2014




----------------------------




1421-Alzheimer: La caféine dissout la protéine Tau

http://www.santelog.com/news/neurologie-psychologie/alzheimer-la-cafeine-dissout-la-proteine-tau_12140.htm?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

9/04/2014




Une consommation chronique de café (caféine) permet d’empêcher le développement de déficits de la mémoire spatiale, de réduire les niveaux de Tau, une protéine caractéristique de la maladie d’Alzheimer et d’atténuer plusieurs marqueurs d’inflammation et de stress dans l’hippocampe. Bref, ces conclusions d’une équipe de l’Université de Bonn, obtenues sur l’animal et publiées dans la revue Neurobiology of Aging, confirment que la consommation régulière de café, même modérée, est efficace contre les tauopathies, dont la maladie d’Alzheimer.




http://www.alzheimer-conseil.fr/blog-maison-de-retraite/wp-content/uploads/2009/08/cafe-alzheiemer.jpg




Cette recherche d’ailleurs franco-allemande, dirigée par le Dr Christa E. Müller de l’Université de Bonn et le Dr David Blum de l’Université de Lille, vient d’enfoncer le clou sur les bénéfices de la caféine sur les capacités cognitives. De précédentes études ont en effet déjà révélé les effets de la caféine, en faveur de la mémoire, contre le déclin cognitif lié à l’âge et même son efficacité pour réduire le risque d’Alzheimer. Cependant, sur ce dernier point, ce sont plutôt les effets de la caféine sur la protéine bêta-amyloïde qui ont été évaluées, et non, comme dans cette étude, sur l’autre protéine spécifique de l’Alzheimer, la protéine Tau. Les dépôts de Tau vont, comme les plaques de bêta-amyloïde, perturber la communication des cellules nerveuses dans le cerveau et contribuer à leur dégénérescence.




La consommation modérée de caféine bénéfique contre la tauopathie : La tauopathie présente dans la maladie d’Alzheimer joue donc un rôle crucial dans le déclin cognitif. L’équipe a donc évalué les effets de la consommation de caféine chronique (0,3 g/L d’eau potable), à un stade pathologique précoce, chez un modèle de souris avec tauopathie de type Alzheimer. Les chercheurs confirment que la consommation de caféine chronique empêche le développement de déficits de la mémoire spatiale chez la souris « Tau », réduit la phosphorylation et les fragments de Tau dans l’hippocampe, diminue les niveaux de plusieurs biomarqueurs associés à Tau.




Vers de nouvelles molécules encore plus efficaces que la caféine ? La caféine est aussi un antagoniste des récepteurs de l’adénosone et de précédents résultats de recherche montraient que bloquer l’un de ces récepteurs, « A2A, nommé MSX, mimant donc ce même effet de la caféine mais avec plus d’efficacité et moins d’effets indésirables. En traitant les souris Tau avec cet antagoniste de A2A, ils obtiennent de meilleurs résultats aux tests de mémoire, en particulier de mémoire spatiale et une réduction des processus de pathogenèse.




L’étude montre ainsi pour la première fois, que des antagonistes des récepteurs de l’adénosine A2A antagonistes ont des effets très positifs contre la maladie, le tout avec des effets indésirables mineurs. De nouveaux tests vont être menés sur ces molécules très prometteuses, sur l’animal encore, puis sur l’homme, avec la promesse de nouveaux agents thérapeutiques pour la maladie d’Alzheimer.




Source : Neurobiologie of Aging 31 march 2014




Lire aussi :

Du café pour prévenir la maladie d'Alzheimer

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/du-cafe-pour-prevenir-la-maladie-d-alzheimer-10-04-2014-1811662_57.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Mi-journee]-20140410

La technologie offre de la joie aux malades d’Alzheimer en les faisant voyager à travers des mondes virtuels

http://dailygeekshow.com/2014/03/22/la-technologie-offre-de-la-joie-aux-malades-dalzheimer-en-les-faisant-voyager-a-travers-des-mondes-virtuels/

Alzheimer : Cet homme nous montre que l’amour est plus fort que la maladie (video)

http://www.aufeminin.com/news-societe/alzheimer-cet-homme-nous-montre-que-l-amour-est-plus-fort-que-la-maladie-video-s370293.html




----------------------------




1422-L’homosexualité guérie par homéopathie !

http://fr.myeurop.info/2011/06/10/l-homosexualite-guerie-par-homeopathie-2694

Ven, 10/06/2011




Une association de médecins catholiques allemands, le BKÄ, veut soigner l’homosexualité en faisant appel à l’homéopathie. Cette "cure", proposée par un médecin bavarois, suscite un véritable tollé. Joint par téléphone, le gourou de l'hétérosexualité semble convaincu de venir en aide aux homos.




http://cdn3.myeurop.info/sites/default/files/dynimagecache/0-171-4288-2451-561-321/media/images/homeopathie.jpg




Incroyable mais vrai : l’histoire se passe en 2011 et se déroule en Europe. On se pince pour y croire mais il existe des médecins qui tout en indiquant que "l’homosexualité n’est pas une maladie", proposent de venir en aide aux personnes "qui se sentent homosexuelles et qui se trouvent dans une situation de détresse" (sic). Quelques pilules homéopathiques seraient ainsi à même de modifier l’orientation sexuelle de ces brebis égarées… Tel est en tous cas le traitement préconisé sur son site Internet par la BKÄ, une association de médecins catholiques.




"Médecine douce" pour idées dures

Concrètement, l’organisation qui dit s’appuyer sur les travaux de la psychothérapie et convoque à sa rescousse la philosophie et la théologie propose un traitement basé sur des séances avec un psychologue, qui en cas d’échec peut être suivies par la prise de "globuli", des granulées homéopathique composée de microdoses de platine et de beaucoup de glucose.

Et l’association de présenter sur son site Internet, le témoignage d’un gay du Sud de l’Allemagne qui assure avoir "noté avec plaisir un changement" après s’être soumis à ce type de traitement.




Un homme dangereux

A la tête de cette association se trouve le docteur Gero Winkelmann, actif dans les années 1990 au sein du parti de la Ligue chrétienne, proche des mouvements intégristes. Il combattait alors le droit à l’avortement et au divorce et se prononçait contre la dépénalisation de l’homosexualité.

Depuis 1990, date à laquelle l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a rayé l’homosexualité de la liste des maladies mentales, le bon docteur a décidé de poursuivre son combat sous d’autres formes, proposant outre les médecines douces, des conférences sur le "droit à la vie". D’ailleurs, si Gero Winkelmann ne parle pas de "maladie" à proprement parler, il préfère dire "tendance" ou "attirance", son discours est explicite. Selon lui la décision de l’OMS était motivée "par des convictions idéologiques". Joint par téléphone, le docteur bavarois paraît dangereux non pas par son traitement à base de sucre mais surtout par son côté affable et illuminé.




L’enfer est pavé de bonnes intentions

Si Gero Winkelmann a mis au point ce traitement tant ridicule que dangereux, c’est parce qu’il a reçu "deux ou trois mails d’homosexuels vivant à Vienne et Hambourg qui demandaient de l’aide". Selon ce charlatan, la médecine se doit de venir en aide à ces personnes "qui se sentent homosexuelles [et qui] se trouvent dans une situation de détresse spirituelle et psychique, et souffrent beaucoup".

Gero Winckelmann nous apprend aussi que l’homosexualité est héréditaire. Son traitement serait donc également préventif. Là encore, Gero Winckelmann invoque des "théories scientifiques" loin d’être avérées. Sûr de lui, le docteur nous a affirmé :

"Il y a une cinquantaine d’années, un homéopathe français est venu donner des cours à l’université de Vérone où j’étais alors étudiant. Je ne me rappelle plus de son nom, mais il nous a montré que si l’homéopathie pouvait soigner la syphilis, elle pouvait désintoxiquer de l’homosexualité".

S'en est alors suivi un cours de pseudo-médecine aussi loufoque qu'effrayant : un malade de la syphilis, comme de la tuberculose, développerait "une faille de caractère" qui serait héréditaire et visible chez les homosexuels. CQFD ! L’homosexualité est héréditaire et Gero Winkelmann veut donc "aider ces petits-fils d’homosexuels".




Retrait du texte

L’association allemande des gays et lesbiennes (LGBT) s’est empressée de dénoncer un "traitement inefficace pour une maladie qui n’existe pas". Sa porte-parole Renate Rampf dénote que cette prise de position est "dangereuse" dans la mesure où "elle se sert de l’inquiétude des jeunes homosexuels et bisexuels ainsi que celle de leurs parents".

Une semaine après sa proposition de traitement, le docteur Winkelmann est très étonné de la polémique qui a éclaté. Il dit avoir reçu "des lettres très méchantes venant d’ignorants. [...] Les malades sexuels mentent parce qu’ils ne veulent pas être diagnostiqués comme malades".




Devant le tollé, le BKÄ a du retirer de son site Internet les pages les plus polémiques.




Homophobie rampante

Si les positions du BKÄ ne reflètent pas celles de l’Eglise catholique, elles sont révélatrice d'une homophobie rampante. En témoigne, notamment, la décision de l’archevèque de Cologne, le cardinal Joachim Meisner, qui vient de retirer l’autorisation d’enseigner à un professeur de religion, David Berger qui venait de faire son coming out.

L’Eglise protestante n’est pas en reste : en 2009, 30 pasteurs de Westphalie ont ainsi dénoncé, dans une lettre, les penchants homosexuels de l’un des leurs.




Electrochocs

La thèse du docteur bavarois ne se limite pas qu’à l’Allemagne. Le point de vue défendu par les médecins allemands est également diffusé aux Etats-Unis par des groupes religieux radicaux qui, outre la prise de pilules homéopathiques, proposent également des médicaments et parfois même des traitement par électrochocs. La chaine d'informations en continue américaine CNN diffusait cette semaine le documentaire "The Sissy experiment" relatant les pratiques semblables du pasteur baptiste George Rekers, tête de file du mouvement anti-gays américain.




Alors que certains pays donnent les mêmes droits aux couples homos ou hétéros, d'autre en sont encore à considérer les gays comme des malades mentaux. Les militants de l'égalité ont encore du pain sur la planche ...




----------------------------




1423-Comment l'US Navy transforme de l'eau de mer en carburant

http://www.challenges.fr/entreprise/20140407.CHA2453/comment-l-us-navy-transforme-de-l-eau-de-mer-en-carburant.html

08-04-2014




Les chercheurs de la Marine américaine ont réussi à transformer de l'eau de mer en carburant, espérant à terme s'affranchir de la dépendance au pétrole. Voici comment.




Au premier plan, le porte-avions américain Dwight Eisenhower Sipa

Au premier plan, le porte-avions américain Dwight Eisenhower




Une video où la Navy explique comment elle fait voler un avion miniature avec de l'essence fabriquée à partir d'eau de mer :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Iavz7AnKI8I




Après la voile et la vapeur, la Marine américaine pense avoir la pierre philosophale pour propulser ses navires: ses chercheurs ont réussi à transformer de l'eau de mer en carburant, espérant à terme s'affranchir de la dépendance au pétrole.

Les chercheurs du Naval Research Laboratory (NRL) ont démontré la viabilité du concept en parvenant à faire voler un modèle réduit d'avion avec du carburant produit à partir d'eau de mer.

"C'est une étape énorme", se félicite le vice-amiral Philip Cullom, chef d'état-major adjoint de l'US Navy, qui cherche à se désengager de sa dépendance au pétrole et des variations de son prix.




Et la Marine est gourmande: en 2011, la Navy a consommé près de deux millions de tonnes de carburant. La transformation d'eau de mer en kérosène pourrait coûter à terme entre 3 et 6 dollars par gallon (3,8 litres), espère le NRL.

Après neuf ans de travail sur le sujet, Heather Willauer, une chimiste du NRL ne cache pas sa joie: "pour la première fois, nous avons été capables de mettre au point une technologie pour capturer de façon simultanée le CO2 et l'hydrogène contenue dans l'eau de mer et d'en faire un carburant liquide, c'est une percée importante".

L'idée de départ est simple: les hydrocarbures sont composés de carbone et d'hydrogène, présents en grande quantité dans l'eau de mer. En capturant le dioxyde de carbone (CO2) et l'hydrogène contenus dans l'océan, il est possible de produire un kérosène de synthèse utilisable dans les moteurs de navires ou d'avions.




Directement utilisable

Le CO2 -dont la concentration est 140 fois plus importante dans l'océan que dans l'air- et l'hydrogène sont capturés par un processus d'électrolyse et ensuite liquéfiés et transformés en hydrocarbures.

Ce carburant a sensiblement la même apparence et la même odeur qu'un kérosène conventionnel, assure Heather Willauer. Surtout, le grand avantage, selon le vice-amiral Cullom, est qu'il est directement utilisable dans les moteurs de navires et d'avions actuels. Pas besoin donc de mettre au point de nouveaux moteurs.




La production de ce carburant ne s'effectue pour l'instant qu'en petites quantités en laboratoire. L'unité de production, dont les divers éléments sont disponibles dans le commerce, est installée sur une palette d'environ 1,5 mètre de côté. Pour passer à une quantité industrielle, il suffira de multiplier les unités de production.

Mais avant cela, en partenariat avec plusieurs universités, le laboratoire veut améliorer encore la quantité de CO2 et d'hydrogène capturés. "Nous avons démontré la faisabilité, nous voulons améliorer l'efficacité", explique Heather Willauer.




Les implications de cette innovation sont prometteuses sur le plan stratégique car elles devraient permettre de raccourcir la chaîne logistique, un maillon faible dans chaque armée car plus facile à attaquer.

Dans la Marine, "on ne va pas nécessairement à la station-service pour se ravitailler, c'est la station-service qui vient à nous par le biais d'un pétrolier ou d'un navire de ravitaillement", explique le vice-amiral Cullom. Les Etats-Unis disposent d'une flotte de 15 pétroliers-ravitailleurs militaires.




Seuls les porte-avions sont dotés d'une propulsion nucléaire. Tous les autres navires doivent fréquemment abandonner leur mission pendant quelques heures pour naviguer en parallèle avec le pétrolier le temps de faire le plein, une opération délicate, surtout par gros temps.

Mais les chercheurs préviennent: il faut encore compter dix ans au moins avant que les navires américains soient en mesure de produire à bord leur propre carburant.




----------------------------




1424-Reeves : pour l'évolution de la notion d'humanisme

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/hubert-reeves/reeves-pour-l-evolution-de-la-notion-d-humanisme-06-04-2014-1809588_1914.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Matinale]-20140407

Le Point.fr - Publié le 06/04/2014




Pour Hubert Reeves, les menaces que fait peser sur notre avenir la crise écologique contemporaine pourraient nous mener à notre perte.




http://www.lepoint.fr/images/2014/04/06/p-2561510-jpg_2201324.JPG




L'ouverture récente des archives du Kremlin nous a apporté des informations précieuses sur la guerre froide de la fin du siècle dernier. Je voudrais ici commenter un événement sur lequel il importe de réfléchir pour en tirer des leçons. La scène se passe le 25 septembre 1987, près de Moscou, au poste de contrôle des ogives balistiques chargées des bombes atomiques dirigées vers l'Occident. L'officier Stanislav Petrov aux commandes de l'arsenal reçoit un message : "Une salve de cinq fusées américaines vraisemblablement chargées de bombes atomiques vient d'être détectée en direction de notre territoire." Il a quinze minutes pour prendre une décision. Analysant la situation, il décide de ne pas intervenir.




Il dira simplement, plus tard : "Je ne voulais pas déclencher une troisième guerre mondiale". Il a eu raison : c'était une fausse alerte déclenchée par des reflets du soleil sur des nuages de haute altitude. Pour son inaction, Petrov fut blâmé par sa hiérarchie mais obtint, quelques années plus tard, une distinction de l'Association of World Citizens, au titre de "sauveur de l'humanité". En 1924, Paul Valéry écrivait : "Nous autres, civilisations, nous savons que nous sommes mortelles." Maintenant, nous découvrons que l'humanité entière est mortelle. Pendant quinze minutes son sort a dépendu du jugement d'un seul homme !




"Rendre Descartes obsolète"

La guerre froide est terminée. Le spectre d'une guerre nucléaire paraît bien éloigné même si un retournement de la situation politique est toujours possible. Selon la formule de la SNCF, "un train peut en cacher un autre". Les menaces que fait peser sur notre avenir la crise écologique contemporaine pourraient, si elle n'est pas rapidement contrôlée, nous amener également à notre perte. Dans les deux cas, guerre nucléaire ou détérioration de notre habitat, la cause est ultimement reliée à une utilisation désastreuse des technologies que notre fabuleuse intelligence a inventées.




Cette faculté a permis aux premiers humains de survivre dans une nature hostile où il fallait "manger et n'être pas mangé". Le rôle de l'intelligence, au départ bénéfique, pourrait aujourd'hui, avec l'apparition des armes atomiques et des technologies destructrices de la biodiversité, nous être fatal. Ces considérations déterminent la voie à suivre pour assurer notre survie dans de bonnes conditions. Il y a impérieuse nécessité à revoir le rôle accordé aux manifestations de l'intelligence dans nos interactions avec les autres espèces vivantes et les milieux naturels.




Il s'agit de rendre obsolète la formule de Descartes invitant à "devenir maître et possesseur de la nature". Nous apprenons aujourd'hui, et à nos frais, que l'application de cette formule mènerait inéluctablement à notre perte. Il faut maintenant intégrer dans la notion d'humanisme la nature entière - humains mais aussi plantes, animaux, terres, atmosphère et océans - et apprendre à vivre en harmonie avec elle.




VOIR AUSSI LA VIDEO :

Notre conception du monde nous interdit le monde de demain: Yannick Roudaut at TEDxNantes :

http://www.youtube.com/watch?v=T6LODGLPR5U .




----------------------------




1425-Ce composé d’huile d’olive tue les cellules cancéreuses en moins d’une heure

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150225.OBS3319/ce-compose-d-huile-d-olive-tue-les-cellules-cancereuses-en-moins-d-une-heure.html

25-02-2015




Le mécanisme d’action de ce polyphénol antioxydant vient d’être élucidé par des chercheurs américains. Et il est redoutable pour les cellules cancéreuses.




Un polyphénol de l'huile d'olive s'est révélé intraitable contre les cellules cancéreuses. ©TIZIANA FABI / AFP

Un polyphénol de l'huile d'olive s'est révélé intraitable contre les cellules cancéreuses




Un filet d’huile d’olive sur une salade ça n’a l’air de rien, et pourtant ! Pourvu qu’elle soit d’excellente qualité, cette huile végétale recèle de précieux composants, notamment un polyphénol, l’oléocanthal (OC), aux vertus extraordinaires : il tuerait les cellules cancéreuses, par un processus qui vient d’être élucidé, en moins d’une heure ! Telle est la découverte d’une équipe américaine de l’université Rutgers et du Hunter College de la City University of New York publiée dans la revue Molecular & Cellular Oncology.




L’oléocanthal est un composé antioxydant présent dans les huiles d’olive extra-vierges, bien conservé si l’huile a été obtenue par extraction à froid (en dessous de 27 °C). Cette molécule était déjà connue pour inhiber la prolifération de certaines cellules cancéreuses — chez la souris — mais le mécanisme était jusque-là mal connu. Les auteurs des travaux, Onica LeGendre, Paul Breslin et David Foster, ont choisi d’étudier les effets de l’OC sur les cellules cancéreuses (prostate, sein, pancréas) et non cancéreuses, in vitro. Résultat : ils ont, sans surprise, observé que les cellules cancéreuses mourraient. Mais, beaucoup plus vite qu’escompté !




L'apoptose, ou le suicide des cellules cancéreuses

En règle générale, des cellules qui meurent entrent en apoptose, une sorte de suicide, en 16 à 24 heures. En présence d’oléocanthal, les cellules cancéreuses sont mortes en un très court laps de temps : 30 minutes pour les plus rapides ! L’apoptose ne pouvait donc pas être le seul processus à l’œuvre.




Grâce à l’analyse fine des facteurs cellulaires dans leur boîte de Petri, les chercheurs ont établi une hypothèse. Pour eux l’oléocanthal pénètre à l’intérieur des cellules cancéreuses et détruit les lysosomes, sortes de petits sacs internes qui accumulent les déchets. Les lysosomes sont plus gros dans les cellules cancéreuses que dans les cellules saines et sont plus fragiles aussi. L’oléocanthal endommage visiblement la membrane de ces sacs en inhibant une enzyme, c’est alors que les fonctions cellulaires commencent à faiblir puis la cellule meurt. Tandis que les cellules saines, elles, demeurent intactes. "Cibler la stabilité de la membrane lysosomale représente une nouvelle approche pour induire la mort des cellules cancéreuses", concluent les auteurs.




2,25 litres d’huile d’olive

De là à faire de l’huile d’olive un médicament anticancer, il y a un grand pas que les chercheurs ne franchissent pas. Tout d’abord cette étude ne porte que sur des cultures de cellules, bien éloignées de la complexité d’un organisme multicellulaire. Et puis, David Foster sort sa calculette : "Dans une huile d’olive extra-vierge de haute qualité, l’oléocanthal est à une concentration d’environ 0,2 mg/ml. Or pour avoir un effet anticancéreux chez la souris, de précédentes études ont montré qu’il fallait leur administrer 0,15 mg d’OC par souris. De ce fait  pour un sujet de 90 kilos (l’équivalent de 3000 souris) il faudrait consommer 450 mg d’OC [0,15 mg X 3000 = 450 mg] pour obtenir la même dose efficace soit boire [(1 ml/0,2 mg) X 450 mg = 2250 ml] soit 2,25 litres d’huile d’olive !"




"La dose utilisée dans les essais chez la souris est très élevée, confirme Paul Breslin, mais il est raisonnable de penser qu’une exposition continue quotidienne [à l’oléocanthal] au cours de la vie pourrait avoir un gros effet aux niveaux observés." Et de conclure logiquement que "nous avons besoin de plus d’études animales et puis d’essais humains".




Voir aussi :

Le jeûne, une nouvelle thérapie?

https://www.youtube.com/watch?v=bZXk0iVW56s

Vidéo de la chaîne Franco-Allemande ARTE - Vidéo originale (55 minutes) / Résumé ( 28 minutes)




----------------------------




1426-Un appareil révolutionnaire pour mesurer la douleur

http://www.francetvinfo.fr/france/un-appareil-revolutionnaire-pour-mesurer-la-douleur_840273.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20150305-[lesimages/image6]

04/03/2015




Trois hôpitaux de France testent le pupillomètre, un appareil permettant de mesurer la douleur chez des patients ne pouvant s'exprimer. France 3 vous le fait découvrir.




http://i-medias.info/images/cover/large/2014/02/21/im53070bb0594b5s.jpg




Voir la vidéo :

http://www.francetvinfo.fr/france/un-appareil-revolutionnaire-pour-mesurer-la-douleur_840273.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20150305-[lesimages/image6]




C'est une avancée certaine pour la médecine : le pupillomètre. Cet appareil, qui ressemble à un lecteur de code-barres, permet de mesurer la douleur d'un patient grâce à une caméra infrarouge qui observe la dilatation de la pupille des yeux.

D'habitude, on demande au patient, s'il peut s'exprimer, d'évaluer la douleur sur une échelle d'intensité. Le pupillomètre permet de mesurer la douleur, même quand le patient ne peut s'exprimer. C'est le cas pour les personnes en coma artificiel, pour les traumatisés crâniens ou pour les victimes d'AVC.




Utilisé sur Michael Schumacher

Après son terrible accident de ski, Michael Schumacher en a par exemple bénéficié. Le CHU de Grenoble compte parmi les trois établissements qui testent l'appareil (deux hôpitaux de Lyon et Paris en sont dotés).

"La douleur est une sensation et une émotion. Aujourd'hui, on va chercher des techniques non médicamenteuses pour mieux comprendre ce qu'on peut faire pour améliorer la prise en charge de la douleur", explique à France 3 une spécialiste.




----------------------------




1427-Les «secrets» des compagnies aériennes que les passagers ignorent

http://m.slate.fr/story/79394/secrets-vols-avion

par Grégoire Fleurot, le 29 octobre 2013




Les voyages en avion font l’objet depuis l’apparition des vols commerciaux de nombreux fantasmes et autres légendes urbaines. Il y a par exemple l’idée largement répandue selon laquelle y aurait une place plus sûre que les autres qui augmenterait les chances de survie en cas d’accident. Ou celle des avions qui rejettent les excréments en plein vol.




http://www.slate.fr/sites/default/files/imagecache/node-story/plane_3.jpg




Mais les avions ont aussi une multitude de petits détails et autres secrets que la grande majorité des passagers ignorent et qui font pourtant partie du quotidien des dizaines de milliers de pilotes, hôtesses et stewards sillonnant la planète tous les jours. Sur le site communautaire américain Reddit, des internautes ont eu l’idée de demander à ceux qui ont travaillé ou travaillent pour des compagnies aériennes de partager ces «secrets» avec le commun des mortels.




Le résultat est une liste d’affirmations étonnantes, et parfois inquiétantes pour ceux qui ne sont pas très à l’aise en avion, que nous avons vérifiées avec un pilote de ligne, membre du Syndicat des pilotes d’Air France (Spaf) avec plus de 20 ans d’expérience et d'un steward de la même compagnie qui sert les passagers depuis 15 ans de les confirmer, ou de les infirmer, pour vous.




1. Il n’y a que 15 minutes d’oxygène dans les masques qui tombent en cas de dépressurisation de la cabine

VRAI. Ou pour être plus précis, 13 minutes. Cela peut paraître très peu, mais pas de panique, il y a une bonne raison à cela. En cas de dépressurisation de la cabine quand l’avion se trouve à son altitude de croisière (plus de 10.000 mètres pour les long courriers, un peu moins pour les vols courts), la pression atmosphérique descend de manière brutale et l’air se vide de son oxygène, créant des conditions insupportables pour les organismes humains.




Le pilote doit donc faire redescendre au plus vite l’avion à 10.000 pieds d’altitude (environ 3.000 mètres), et il ne lui faut pas plus de 13 minutes pour effectuer cette descente, ce qui explique les 13 minutes d’oxygène des masques.




Le circuit d’oxygène destiné aux passagers en cas de dépressurisation, appelé oxygène de subsistance, n’est pas le seul à bord des avions. Un système de premier secours est également à disposition, qui permet d’assurer un apport d’oxygène à un passager atteint d’un problème cardiaque par exemple pendant toute la durée d’un vol.




Le chiffre de 15 minutes ne sort pas de nulle part: c’est le temps minimum légal que doit durer l’oxygène disponible pour les pilotes, pour qui des précautions particulières sont prises. Ce minimum s’applique à chacun de ceux qui occupent le poste de pilotage, qui peut contenir jusqu’à 4 personnes, dont deux pilotes.




Les pilotes disposent aussi d’appareils de protection respiratoire, avec des masques prenant tout le visage pour permettre de respirer l’oxygène de protection à 100% quand l’air de la cabine est pollué par un incendie ou des composants chimiques et que les pilotes doivent éviter à tout prix de respirer l’air ambiant.




2. Si on éteint les lumières dans un avion qui atterrit de nuit, c’est pour habituer les yeux des passagers en cas d’évacuation d’urgence.

VRAI. En cas de feu dans un moteur par exemple, il faut couper le courant principal de l’avion à l’atterrissage. L’appareil n’est alors plus éclairé que par un système d’éclairage de secours peu puissant. Etant donné qu’une évacuation doit en théorie s’effectuer en 90 secondes, il n’y a pas de temps à perdre avec l’acclimatation des yeux des passagers à l’obscurité.




Pour ce qui est de l’obligation de relever les volets des hublots lors d’un atterrissage de jour, il s’agit plutôt de permettre au personnel de cabine de voir ce qu’il se passe à l’extérieur en cas de problème. En cas d’atterrissage forcé, un feu peut se déclencher dans une des ailes, où le kérosène est stocké. Le personnel doit pouvoir voir ce qui se passe à l’extérieur pour évacuer du côté opposé à l’incendie.




3. Les pilotes font atterrir les avions de manière plus brutale quand il pleut pour éviter l’aquaplaning

VRAI. Si votre avion se pose un peu brutalement par temps de pluie, ce n’est pas parce que le pilote est mauvais: en cas de pluie, les pilotes recherchent un atterrissage plus ferme pour éviter l’aquaplaning. De manière générale, les pilotes ne sont pas censés chercher à faire l’atterrissage le plus doux, aussi appelé «kiss landing», car celui-ci peut faire augmenter la distance d’atterrissage de l’avion.




Les pilotes tentent avant tout d’atterrir au point de toucher prévu, chose plus facile à faire quand ils arrivent avec plus d’angle. L’avion freinant par ailleurs bien plus vite au sol qu’en l’air, il est plus facile de maîtriser sa distance d’atterrissage en touchant le sol plus tôt.




4. Les téléphones portables allumés ne sont pas dangereux

VRAI ET FAUX. Laisser son téléphone portable allumé lors du décollage et de l’atterrissage ne fera pas s’écraser l’avion. En revanche, cela crée des interférences et perturbe les communications radio des pilotes avec les contrôleurs, qui entendent le même bruit que lorsqu’un téléphone portable posé sur une télévision reçoit un appel.




5. Les deux pilotes ont des plateaux repas différents pour éviter les intoxications alimentaires simultanées

VRAI. C’est une règle d’or. Les repas des deux pilotes doivent être confectionnés sur des chaînes différentes, qu’il s’agisse des repas à bord mais aussi de ceux qui précèdent un vol.




6. Le vol est retardé ou annulé si la machine à café ne fonctionne pas

FAUX. Chez Air France, seuls les vols long-courriers sont équipés de machines à café, qui sont réservées aux passagers des classes les plus chères. S’il arrive que la machine à café ne fonctionne pas, on sert des cafés «américains» aux passagers de ces classes, et aux pilotes.




7. Sur les 747 d’Air France, les sièges fenêtre de la classe éco du pont supérieur ont un peu plus de place (et de place pour ranger des choses, pour les jambes) que les autres. Vous pouvez les avoir si vous faites votre check-in tôt

VRAI. Il y a bien un peu plus de place sur le pont supérieur des 747, où l’empâtement est légèrement supérieur. Il y a aussi un coffre sous le hublot ce qui fait qu’on a plus de place pour ranger ses affaires dans les places côté fenêtre du pont supérieur. Ce gain de place s’est réduit depuis qu’Air France a refait les cabines de ses 747 l’année dernière.




Mais la plus grande différence entre les deux ponts sur ce modèle résidait jusqu’à l’année dernière dans le fait que les sièges du pont supérieur avaient des écrans individuels, alors que ceux d’en bas partageaient des écrans centraux, et ne pouvaient donc pas choisir leur film en plus de moins bien voir. Depuis la rénovation des cabines, tous les sièges ont des écrans individuels.




8. Si vous commandez un repas spécial (casher, diabète, végétarien, etc) vous l’avez avant les autres

VRAI ET FAUX. Sur Air France, les personnes qui commandent un repas spécial (en moyenne entre 10 et 15 sur un vol de 300 passagers, dont la plupart sont des repas enfants), reçoivent bien leur plateau avant les autres, notamment pour que les enfants puissent manger rapidement, ce qui profite aux autres repas spéciaux. En revanche, les plateaux ne contiennent pas les plats chauds, qui arrivent eu même moment pour tout le monde.




9. Les avions peuvent voler avec un seul moteur si besoin

VRAI. Tous les avions modernes sont conçus pour pouvoir voler, et même décoller, avec un moteur en panne. Les pilotes s’entraînent régulièrement sur des simulateurs pour voler ou atterrir avec un seul moteur.




10. On peut déverrouiller les toilettes de l’extérieur

VRAI. S’il semble logique que les stewards puissent ouvrir la porte des toilettes de l’extérieur en cas d’urgence ou si quelqu’un est coincé à l’intérieur, peu de passagers savent qu’ils peuvent le faire eux-mêmes. Le système diffère selon le type d’avion, en voici un exemple en images (ici) et en vidéo (ici).




----------------------------




1428-Et si les femmes simulaient l'orgasme pour leur plaisir ? Faire semblant peut avoir du bon

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1169005-et-si-les-femmes-feignaient-l-orgasme-pour-leur-plaisir-la-simulation-peut-avoir-du-bon.html

Publié le 03-04-2014




LE PLUS. Non, les femmes ne simulent pas l'orgasme uniquement pour satisfaire leur partenaire. Elles le font également pour augmenter leur propre plaisir. C'est ce qui ressort d'une étude réalisée par trois chercheurs américains. Un grand pas vers la réhabilitation de la simulation ? Décryptage de Peggy Sastre, auteure de "Ex Utero" et "No Sex".




http://referentiel.nouvelobs.com/wsfile/3361396514332.jpg

Charlotte Gainsbourg dans "Nymphomaniac - volume 1" (Les Films du Losange)




Depuis près d'un siècle et le sexologue William J. Robinson qui la décrivait comme une "tromperie innocente et justifiable", la simulation féminine est, de près ou de loin, considérée comme une stratégie purement réactive, mise en œuvre par les femmes en vue de satisfaire leurs partenaires masculins (à l'époque, on parlait même de "maris").



Dans une perspective un peu plus féministe, la simulation est même envisagée comme l'une des preuves de la soumission des femmes aux injonctions "androcentrées" que la société et la culture feraient peser sur elle.



Les femmes ne simulent pas seulement pour leur partenaire

Selon les sources les plus actuelles, entre 53 et 67% des femmes feindraient l'orgasme de façon plus ou moins régulière. Et dans les médias et la culture populaire, la simulation tient aussi une place de choix.




Voir la video:

When Harry Met Sally – Restaurant Orgasm Scene: http://www.youtube.com/watch?v=FZluzt3H6tk&feature=player_embedded




Pourtant, si on cherche à en savoir un peu plus sur ce comportement a priori si courant et manifestement si célèbre, notamment sur sa prévalence, ses corrélations ou ses motivations, les données empiriques sont aux abonnées absentes. Ou, pour reprendre les mots d'Erin Cooper, "la simulation de l'orgasme est l'un des comportements sexuels humains les moins bien étudiés".



Pourquoi je vous parle d'Erin Cooper ? Parce qu'avec deux de ses collègues, cette doctorante en psychologie clinique (affiliée à la Temple University de Philadelphie), en a eu marre que la connaissance de la simulation féminine soit limitée à des études aussi clairsemées que méthodologiquement discordantes et, de fait, pour le moins limitées quant à leur portée. Et que, pour remédier à ce problème, elle a eu l'idée de mettre au point le tout premier outil analytique permettant de décrypter les motivations à l’œuvre derrière la simulation.

 Par ailleurs, l'intérêt d'Erin Cooper et de son étude, c'est qu'elle laisse entendre que la simulation, contrairement à ce qu'on pourrait spontanément croire, est loin d'être motivée par des facteurs relevant uniquement de la satisfaction réelle ou perçue du partenaire.



Autrement dit, que les femmes ne simulent pas seulement pour faire plaisir à leurs "maris", mais aussi pour se faire plaisir à elles-mêmes, que ce soit de manière négative (en finir plus rapidement avec une activité chiante ou pénible, éviter de stresser, d'angoisser, de se sentir anormale) ou parfaitement positive (augmenter sa propre excitation et son propre plaisir sexuels).



Du "mensonge altruiste" à "l'augmentation de la stimulation"

 Cet outil, le Fake Orgasm Scale (FOS – littéralement "l'échelle des faux orgasmes"), a nécessité la participation de 1359 femmes, âgées de 18 à 32 ans, d'origines raciales et ethniques diverses (mais blanches pour plus de 60% d'entre elles) et hétérosexuelles (ou se définissant comme "principalement" hétérosexuelles).

 Recrutées parmi des étudiantes en marketing et psychologie, ces volontaires devaient 1) avoir déjà eu des rapports sexuels avec pénétration et/ou cunnilingus, 2) avoir déjà simulé l'orgasme "pendant l'une ou l'autre de ces activités" ; la simulation étant définie comme : "Faire comme si vous avez un orgasme alors que ce n'est pas le cas, via des manifestations vocales et/ou des contractions musculaires, et ce quelle qu'en soit la raison."



Dans un premier temps, une partie des volontaires ont eu à répondre à 163 questions, formulées de la manière la plus simple et la moins ambiguë possible, et relevant de trois problématiques : 1) les opinions concernant l'orgasme et la simulation de l'orgasme, la masturbation, le fait d'être en couple (qu'il soit "sérieux" ou non) et le sens des responsabilités, 2) les opinions et comportements relevant du sexe oral, 3) les opinions et comportements concernant la pénétration. Ces questions ont ensuite permis aux chercheurs d'isoler six facteurs (deux pour la pénétration, deux pour le cunnilingus et deux facteurs communs) agissant sur la simulation, à savoir :



Pour la pénétration :

 1. La "peur et l'insécurité" : quand la simulation sert à éviter des sentiments négatifs (peur d'être anormale, pudeur, honte, etc.)

2. L'"ajournement sexuel" : quand la simulation permet de terminer plus vite le rapport



Pour le cunnilingus :

 1. L'"évitement de l'insécurité" : quand la simulation permet d'éviter des sentiments négatifs, de type stress ou anxiété

2. La "peur de la dysfonction" : quand la simulation permet d'éviter de se sentir anormale, malade, etc.



Les facteurs communs :

 1. Le "mensonge altruiste" : quand une femme simule parce qu'elle se préoccupe avant tout des sentiments/du plaisir de son partenaire

2. L'"augmentation de la stimulation" : quand la simulation améliore son propre niveau de plaisir, d'excitation



Feindre l'orgasme permet aux femmes d'améliorer leur propre plaisir

 Une fois ces facteurs isolés et rassemblés dans un ensemble de 61 nouvelles questions (le fameux "FOS"), le moment est ensuite venu pour les chercheurs de les mettre en situation auprès d'un deuxième groupe de volontaires.

 Résultat : non seulement la simulation obéit à des motivations "classiques" (en gros, faire plaisir à Marcel), mais elle peut aussi servir, pour les femmes qui s'y adonnent, à se sentir mieux et à se faire plaisir à elles-mêmes.



"Décider de feindre l'orgasme", explique ainsi Erin Cooper "peut n'avoir que très peu de rapport (voire pas du tout) avec le partenaire ou son expérience sexuelle. À mon sens, cette stratégie est l'une des multiples astuces que les femmes peuvent employer pour améliorer leur plaisir".

En d'autres termes, si l'intérêt de cette étude demeure fondamentalement méthodologique (et c'est déjà énorme), elle permet tout de même de voir la simulation sous un jour meilleur. Pour autant, Cooper tient à mettre en garde contre tout emballement :



"Ce qu'il y a de fantastique avec cette étude, assure-t-elle, c'est qu'elle montre combien nous en savons tellement peu sur un comportement qui concerne pourtant les deux-tiers des femmes (et un quart des hommes !). C'est un formidable point de départ pour de futures recherches. Mais nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir et beaucoup de connaissances à accumuler avant de commencer à déprécier la moindre théorie sur ce comportement et sur les raisons pour lesquelles les femmes le pratiquent."




----------------------------




1429-Un océan découvert sous la surface d'une lune de Saturne

http://tempsreel.nouvelobs.com/sciences/20140403.OBS2645/un-ocean-decouvert-sous-la-surface-d-une-lune-de-saturne.html

03-04-2014




Encelade, petite lune de Saturne, a de l'eau liquide sous sa surface glacée... et peut-être tous les éléments nécessaires à l'apparition de la vie




Encelade, petite lune de Saturne, possède un océan d'eau liquide sous sa surface gelée Image Nasa / JPL / Caltech

Encelade, petite lune de Saturne, possède un océan d'eau liquide sous sa surface gelée Image Nasa




Lorsqu'on parle des satellites de Saturne, on a plutôt tendance à penser à Titan, lune dotée d'une atmosphère et véritable réservoir d'hydrocarbures. Mais aujourd'hui, c'est une autre lune de Saturne qui lui vole la vedette : Encelade, petite lune glacée d'à peine 500 kilomètres de diamètre.




La Nasa vient en effet d'annoncer que des données recueillies par la sonde Cassini et par le Deep Space Network, le réseau de communication avec l'espace lointain de l'agence spatiale américaine, ont permis de mettre en évidence l'éxistence d'un important océan souterrain, composé d'eau liquide. Cela place Encelade en bonne position parmi les candidats potentiels à l'existence d'une vie, tout au moins microbienne.




La présence d'un tel océan avait été envisagée depuis que la sonde Cassini avait détecté de la vapeur d'eau et de la glace s'échappant par des fissures près du pôle sud de cette lune. Les chercheurs avaient alors pensé que l'eau provenait d'un océan sous la surface, mais sans en avoir la preuve.




Cette fois, ce sont des données géophysiques de la structure interne et les mesures gravitationnelles d'Encelade, publiées dans l'édition du 4 avril de la revue Science,  qui viennent confirmer qu'il y aurait un océan de 10 kilomètres de profondeur, loin sous une couche de glace épaisse de 30 à 40 kilomètres. Cet océan serait équivalent en taille au Lac Supérieur, l'un des Grands Lacs au nord des Etats-Unis.




La sonde Cassini est passée près d'Encelade 19 fois, et en a effectué trois survols entre 2010 et 2012, permettant des mesures de trajectoire précises. Les variations dans la trajectoire de la sonde due au champ gravitationnel de la lune ont été minutieusement étudiées, car elles sont causées par le relief et la différence dans la composition du sous-sol. Ces variations de vitesse et de trajectoire de Cassini ont été mesurées de manière très précise grâce au Deep Space Network.




Les mesures montrent une anomalie gravitationnelle négative près du pôle sud, mais qui n'est pas aussi importante que ce qu'on attendait au vu de l'importante dépression observée par la caméra de bord de Cassini. La conclusion est qu'il doit y avoir un matériau plus dense qui compense la masse manquante, très probablement de l'eau liquide.




Si l'on ajoute à cela que les matériaux éjectés en jets du pôle sud contiennent de l'eau salée et des composés organiques, on a là les ingrédients de base qui rendent la vie possible, conclut l'une des chefs de projet du JPL (laboratoire de la Nasa). Il ne restera donc plus qu'à aller voir, ce qui n'est pas une mince affaire : il a fallu 7 ans à la sonde Cassini pour atteindre Saturne...




----------------------------




1430-Drone : "pas le droit de voler en dehors de votre maison, ou de votre jardin"

http://www.mac4ever.com/actu/87509_drone-pas-le-droit-de-voler-en-dehors-de-votre-maison-ou-de-votre-jardin

Le 20/02/2014 à 11h44 Par arnaud




La Direction Générale de l'aviation Civile a bien voulu répondre à nos questions concernant les drones, et particulièrement les drones de loisir, type AR.Drone de Parrot. Et, surprise, si ces appareils grand public se vendent comme des petits pains, il est quasiment interdit de faire voler ceux-ci, en dehors de votre propriété, de votre appartement, ou de votre jardin. La pratique de loisir doit se faire, estime la DGAC, dans le cadre de clubs d'aéromodélisme, sur des terrains dédiés.

http://www.mac4ever.com/images-articles/8002_drone-pas-le-droit-de-voler-en-dehors-de-votre-maison-ou-de-votre-jardin.jpg




« Vous n'avez rien le droit de faire avec ces drones, sinon de les faire voler dans votre maison, et dans votre jardin », nous explique la DGAC.




La nouvelle, pour le moins, est surprenante, d'autant qu'aucune mise en garde spécifique ne figure sur les appareils mis en vente. Pour autant, elle n'est pas sans logique. « Il ne faut pas oublier que ces petits engins de loisirs peuvent rapidement être hors de controle de leur "pilote", que le moindre coup de vent peut les faire dévier de leur trajectoire », estime l'administration. En clair, il est strictement interdit de faire voler un drone, de n'importe quel poids que ce soit, dans une zone peuplée (dans une agglomération) et à proximité de personnes. Éventuellement, dans un champ, en rase cambrousse, et encore.

« La réglementation vise à protéger les personnes au sol, et les autres utilisateurs de l'espace aérien. On ne survole pas les gens sauf si on a obtenu une autorisation spécifique », martèle Maxime Coffin, directeur chargé de mission, aviation générale, aviation légère et hélicoptère à la DGAC.

En outre, si le drone est équipé d'une caméra, la réglementation sera appliquée d'une manière plus stricte encore, pour des questions de protection de la vie privée et d'une réglementation spécifique aux prises de vue aériennes, l'article D133.10 du Code de l'aviation civile. « Toute personne qui souhaite réaliser des enregistrements d'images ou de données dans le champ du spectre visible au-dessus du territoire national est tenue de souscrire une déclaration au plus tard quinze jours avant la date ou le début de période prévue pour l'opération envisagée auprès du chef du service territorial de l'aviation civile dont relève son domicile ».




----------------------------




1431-Dis-moi à quelle heure tu manges, je prédirai la réussite de ton régime

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1524/Cuisine/article/detail/1835998/2014/03/31/Dis-moi-a-quelle-heure-tu-manges-je-predirai-la-reussite-de-ton-regime.dhtml

31/03/14




Pour perdre du poids, tout est question de volonté et... de timing.




http://static0.7sur7.be/static/photo/2014/15/10/6/20140331174913/media_xll_6621306.jpg




Selon une nouvelle recherche, il faut respecter des horaires de repas précis si on désire maigrir. Ainsi, le meilleur moment pour prendre son petit déjeuner est 7h11. Le midi, on se met à table à 12h38 et en soirée, il faut manger à 18h14. Prendre son repas après 19 heures est désastreux quand on fait régime.

Cette étude résume les opinions de mille personnes au régime. Elles ont été interrogées par la société Forza Supplements. 76% des sondés estiment que le premier repas de la journée est le plus important. Ils sont quasi autant à manger léger le soir. Ceux qui n'ont pas réussi à maigrir ont confié qu'ils avaient du mal à se passer de grignotage à 20 heures devant la télé.




----------------------------




1432-Paraplégique depuis quatre ans, elle remarche grâce à un exosquelette

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20140403.OBS2582/paraplegique-depuis-quatre-ans-elle-remarche-grace-a-un-exosquelette.html

03-04-2014




Victime d'un accident qui lui a brisé la colonne vertébrale, Amy Paradis a fait ses premiers pas depuis quatre ans grâce à un exosquelette.




Grâce à l'exosquelette commercialisé par la société Ekso Bionics, Amy Paradis, paraplégique depuis 4 ans a pu se lever et marcher à nouveau. Handout/ Ekso Bionics // Marlene Belliveau

Grâce à l'exosquelette commercialisé par la société Ekso Bionics, Amy Paradis, paraplégique depuis 4 ans a pu se lever et marcher à nouveau.




PARALYSÉE. Elle ne devait plus jamais remarcher. Ses médecins étaient formels. Lorsqu'elle a été renversée par une voiture il y a quatre ans, Amy Paradis s'est retrouvée avec la partie supérieure de la colonne vertébrale écrasée. Lors de sa première séance de "rééducation" il y a quatre ans, on lui a d'emblée présenté son fauteuil roulant comme "l'endroit où elle passerait le reste de ces jours", se souvient-elle.

Pourtant, le lundi 24 mars dernier, Amy Paradis, a vu sa vie basculer. Grâce à un exosquelette, cette canadienne de 20 ans a réussi à faire ses premiers pas : 336 pour être exact. 336 pas effectués d'une traite mais en plusieurs heures, et à l'issue desquels elle s'est retrouvée exténuée, relate le National Post.




« Je n’ai pas de mots pour exprimer ce que j’ai ressenti ce jour là. J’étais abasourdie", explique Amy.

Ce petit miracle, c'est à Ekso Bionics qu'elle le doit, une société créée à Berkeley en 2005 et financée pour une part par le département de la défense américain. Les recherches ont d’abord été menées dans le but de mettre au point un exosquelette devant permettre aux soldats de l’armée américaine de transporter de lourdes charges sur de longues distances.




Depuis, la société californienne a évolué pour mettre ses technologies à disposition des civils. Ekso, l'exosquelette qu'elle commercialise désormais pour la somme de 70 000 euros fait des miracles. Développé par le laboratoire de robotique de l’Université de Berkley en Californie, il existe aujourd'hui 75 exemplaires de cet engin surgit du futur.




Une interface homme-machine permet d'analyser les gestes de la personne pour comprendre ses intentions




http://referentiel.nouvelobs.com/file/7166441.jpg



Démonstration et explication du fonctionnement de l'exosquelette Ekso :

http://www.youtube.com/watch?v=pzRmNYA8LlY&feature=player_embedded




Le dispositif d'environ 20 kilos se fixe au corps du patient à l'aide de sangles. Alimenté par des batteries au lithium, l'exosquelette dispose ainsi de trois heures d'autonomie. Il est équipé de petits moteurs situés au niveau des hanches et des genoux qui permettent d'assurer la motricité du dispositif.




Le plus incroyable est la relation qui est établie entre l'exosquelette et son utilisateur. Lorsque ce dernier se penche en avant l'Ekso se met automatiquement en route. Une interface homme-machine permet d'analyser les gestes de la personne pour comprendre ses intentions et agir à la place des fonctions neuromusculaires de la personne.




Un réseau de centres médicaux

Ekso Bionics a constitué un réseau de partenaires constitué d’une cinquantaine de centres médicaux dans le monde. Ces centres disposent d’un personnel formé pour entraîner les patients à se servir des exosquelettes Ekso.

Malheureusement si une vingtaine de centres est présente en Europe, notamment en Espagne, en Italie, en Angleterre et en Allemagne, on n'en trouve encore aucun en France... Jusqu'à quand ?




----------------------------




1433-Les femmes sont biologiquement attirées par les hommes drôles

http://www.lesoir.be/290010/article/styles/bien-etre/2013-07-29/femmes-sont-biologiquement-attirees-par-hommes-droles

29 juillet 2013




Des scientifiques américains ont montré que le cerveau des femmes réagit davantage à l’humour que celui des hommes.




image063.jpg




Quand la sagesse populaire rejoint les thèses des scientifiques… Ce n’est pas la première fois que des chercheurs s’intéressent à la question de l’humour comme arme de séduction massive. C’est désormais prouvé scientifiquement : « Femme qui rit est à moitié dans ton lit ». Une nouvelle étude menée par des médecins de la Stanford School of Medicine et publiée dans Social Neuroscience corrobore le dicton… Il semblerait que le cerveau féminin soit davantage sensible à l’humour. En fait, d’après les conclusions des scientifiques américains, les femmes seraient génétiquement prédisposées à préférer les partenaires drôles. Et la nature est bien faite : leurs prétendants aiment ça.




Pour aboutir à ces résultats, les chercheurs ont comparé l’activité cérébrale de 22 gamins, garçons et filles, âgés de 6 à 13 ans à qui ils ont montré des vidéos plus ou moins amusantes. Un groupe d’enfants a regardé des émissions genre Vidéo Gag (des chutes ou des astuces d’animaux), un deuxième groupe a visionné des clips dits « positifs » (montrant des snowboardeurs ou des danseurs) et d’autres ont été mis devant des documentaires animaliers ou des petits films montrant des enfants à vélo (dits « neutres »). On leur a ensuite demandé leur avis sur les vidéos et de noter si ça les avait fait rire. L’imagerie médicale a fait apparaître que le cerveau des fillettes, en ce compris le cerveau émotionnel associé à la récompense (l’amygdale), connaissait une activité plus intense devant les vidéos comiques. Les garçons eux étaient plus enclins à aimer les vidéos « positives ».




«  Nos données, pour la première fois, révèlent que les différences sexuelles dans l’appréciation de l’humour existent déjà chez les jeunes enfants  », écrivent les auteurs de l’étude. Si elles sont biologiquement réceptives à l’humour, les femmes choisiraient de préférence un partenaire qui les fasse rire comme père potentiel de leurs enfants.




----------------------------




1434-Les microbes de l'extinction

http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20140402.OBS2288/les-microbes-de-l-extinction.html

03-04-2014




Il y a 250 millions d'années 90% des espèces vivantes se sont éteintes, des microbes producteurs de méthane seraient coupables.




Des microbes auraient provoqué une grande extinction, il y a 252 millions d'années.
(c) Afp

Des microbes auraient provoqué une grande extinction, il y a 252 millions d'années.




DISPARITIONS. L'extinction Permien-Trias, il y a 252 millions d'années, a fait disparaître plus de 96% des espèces marines et 70% de la vie sur la terre ferme. Outre des éruptions de méga-volcans, de nombreuses autres hypothèses sont avancées pour l'expliquer dont la chute d'un astéroïde ou d'autres évènements environnementaux cataclysmiques. Une équipe du Massachusetts Institute of Technology a identifié un nouveau responsable potentiel mais il faut un microscope pour le voir !




Des quantités prodigieuses de méthane dans l'atmosphère

Les auteurs de ce nouveau travail, publié dans les Proceedings of the National Academy of Science, n'accusent pas les astéroïdes ou les volcans mais des microbes, des archées appelées Methanosarcina. Ces microorganismes ont connu une croissance explosive à la fin du Permien et craché des quantités prodigieuses de méthane dans l'atmosphère ce qui a radicalement modifié le climat et la chimie des océans affirment les chercheurs. Les volcans ne sont pas tout à fait innocentés selon ce nouveau scénario, ils ont tout simplement été rétrogradés au rang de complices. En effet, la brusque croissance des Methanosarcina aurait été causée par un afflux soudain de nickel, nécessaire à leur croissance, rejeté par les volcans.




http://referentiel.nouvelobs.com/file/6940500.jpg

Les volcans ont été suspectés, cette nouvelle étude ne les dédouanent pas totalement




CARBONE. "Une grande partie de cette hypothèse repose sur l'analyse isotopique du carbone", explique Daniel Rothman du MIT". Sa présence est exceptionnellement forte et claire dans cette partie de l'histoire géologique. S'il n'y avait pas un tel signal inhabituel, il serait plus difficile d'éliminer d'autres possibilités " rajoute-t-il. Les données géochimiques indiquent en effet une augmentation exponentielle du taux de carbone dans les océans au moment de l'extinction P/T. "Une première injection rapide de dioxyde de carbone due au volcanisme serait suivie d'une diminution progressive" précise Gregory Fournier associé à l'étude. "Au lieu de cela, nous voyons le contraire : une augmentation continue rapide. Cela suggère une expansion microbienne avec un apport de carbone sous forme de méthane".




NICKEL. Ce seraient donc les Methanosarcina qui auraient causé cet apport massif de carbone. Une hypothèse renforcée par l'analyse génétique qui prouve que ces archées ont récupéré un gène (par transfert génétique) d'une autre bactérie permettant de synthétiser le méthane à la fin du Permien. Mais il y a une dernière pièce du puzzle : les Methanosarcina n'auraient pas été capables de proliférer si prodigieusement sans nutriments. Or, une nouvelle analyse des sédiments en Chine a montré, signalent les scientifiques, que la quantité de nickel a considérablement augmenté, à cette même période, après les éruptions de Sibérie (qui sont connues pour avoir produit certains des plus grands gisements mondiaux de nickel). Voilà la source de carburant pour la croissance explosive de Methanosarcina.




Ces différents éléments corroborent l'hypothèse selon laquelle l'extinction du Permien-rias a été causée par des modifications profondes du climat et de la chimie des océans induites par les archées méthanogènes. La question est cependant loin d'être close.




----------------------------




1435-Des scientifiques ont découvert une espèce de bactérie qui se nourrit d’électricité

http://dailygeekshow.com/2014/03/20/des-scientifiques-ont-decouvert-une-espece-de-bacterie-qui-se-nourrit-delectricite/

mars 2014




Certaines bactéries ont la capacité de recueillir de l’énergie à partir de sources externes comme le soufre, les minéraux mais aussi… l’électricité ! Une équipe de Harvard a découvert comment cette espèce de bactérie pouvait acquérir de l’énergie, ce qui pourrait avoir une portée dans l’industrie pharmaceutique. DGS vous en dit plus sur cette étude.




microbes-2




Palustris Rhodopseudomonas, ainsi se nomme-t-elle, est une bactérie à Gram négatif, c’est-à-dire qu’elle apparait en rose au microscope. Cette bactérie est dotée d’une remarquable flexibilité : elle est capable de s’adapter à différents métabolismes. Cette polyvalence a suscité l’intérêt de beaucoup de chercheurs dont ceux de l’équipe de Peter Girgius de Harvard.




Ses nombreuses recherches ont montré que cette bactérie utilise la conductivité naturelle pour retirer des électrons, des minéraux qui sont dans le sol et dans les résidus, tout en restant à la surface pour absorber de la lumière solaire et en extraire l’énergie. Ce processus, appelé « transfert d’électron extracellulaire », permet à cette bactérie de prendre l’électricité et de l’incorporer à son métabolisme.




Certains pensent que cette bactérie hors du commun pourrait être utilisée pour mettre au point une batterie fonctionnelle, bien que Peter Girgius ne soit pas sûr qu’elles puissent être une réelle source de carburant. Cependant, il y a de grandes chances pour que cette dernière soit utilisée dans l’industrie pharmaceutique.




----------------------------