dimanche 15 mars 2015

suite des trouvailles de Patrick (cf post précédent)

bite : des fois il arrive que les photos ne suivent pas mais le lien en bas de chaque article conduite à la source ET A LA PHOTO  H.

____________________________________________________________

1-Sortir de l'euro, c'est possible et "Bye Bye l'euro" montre avec quel impact colossal sur notre quotidien
2-Déficit : Moscovici n'exclut pas de sanctionner la France
3-Trop d’immigration, peine de mort, problème de l’islam… le sondage choc
4-Les conversions à l’Islam explosent en France depuis les attentats
5-Egalité et Justice, le parti islamo-turc qui se lance aux départementales
6-Charles Pasqua propose de recréer les travaux forcés pour les islamistes
7-Le tribunal administratif de Toulouse vandalisé et couvert de menaces islamistes
8-Un document de travail sur la laïcité sème le trouble au PS
9-Pour Hervé Morin, le vrai patron, c'est Valls, "ce n'est plus Hollande"
10-Attentat de Bamako : le corps de Fabien Guyomard rapatrié
11-Envie d'être James Bond ? La DGSE recrute
12-De Rugy va déposer une proposition de loi "pour le vote obligatoire"
13-Taxe sur les mouillages - les 4 contre-vérités du député Giacobbi
14-La Sécu pourrait prélever son dû sur votre compte bancaire
15-Gironde : des propriétaires obligés de camper devant chez eux
16-Une personne seule a besoin de 1.424 euros par mois pour vivre décemment
17-Impôt : Bientôt la redevance TV sur les mobiles ?
18-Bérangère Krief : au pays du pan-pan cul-cul !
19-Bordeaux "meilleure destination européenne" devant notamment Londres et Rome
20-Ces Français expatriés si contents d'avoir quitté la France !

------------------------------

1-Sortir de l'euro, c'est possible et "Bye Bye l'euro" montre avec quel impact colossal sur notre quotidien
http://www.huffingtonpost.fr/2015/02/17/sortir-de-leuro-bye-bye-l-euro_n_6691668.html
Le HuffPost Publication: 17/02/2015

ECONOMIE - La France peut-elle abandonner la monnaie unique? Quelles en seraient les conséquences? Sur le papier, ce sujet est sexy comme une thèse d’économie politique. Pourtant France 5 a réussi le tour de force d’en faire un film simple, pédago, voire amusant. Diffusé le 17 février à 20h40, "Bye Bye l’euro" est ce que l’on appelle un "docu fictif" , un documentaire tourné "comme si" la France était contrainte de quitter la zone euro, où les acteurs jouent leur propre rôle.

EURO
Sortir de l'euro, c'est possible et "Bye Bye l'euro" montre avec quel impact colossal sur notre quotidien

Et quel casting! Jacques Attali, Michel-Edouard Leclerc, l’ex-ministre de l’économie François Baroin, le patron de L’Express Christophe Barbier, etc. Une quinzaine d’intervenants de haut vol y livrent leur vision d’une nouvelle France du franc, tandis que leurs prestations sont entrecoupées de faux reportages réalisés par de vrais journalistes.

Cette astuce de mise en scène aide à se prendre au jeu du casse-tête d’un retour au franc. Par exemple, comment payer nos achats? Avec une sortie précipitée de l’euro, cette monnaie n’aurait plus court alors que la nouvelle ne serait pas encore en circulation… La scène où des clients se chamaillent avec le serveur du café du coin, discutant des taux de change euros contre euros-franc dans un climat d’incompréhension totale, est criante de vérité.

Voir les vidéos :
Bye bye l'euro - Le monde en face - BA par france5
http://www.dailymotion.com/video/x2h14pg_bye-bye-l-euro-le-monde-en-face-ba_tv
Bye bye l'euro (1-2)
http://www.dailymotion.com/video/x2i4ken_bye-bye-l-euro-1-2_news

Une fois la monnaie unique enterrée, "Bye Bye l’euro" se penche sur les conséquences d’une probable dévaluation du franc. Consommation, exportation, chômage… le "docu fictif" suit la ligne apocalyptique défendue par Jacques Attali. "La sortie de l’euro est une absurdité, un suicide, qui conduira la France à la déchéance absolue", conclut-il. Les arguments de Jacques Sapir, deuxième économiste à inspirer le film et fervent partisan de la fin de l’euro, sont à peine évoqués (et il n'apprécie guère). Mais on voit mal comment ce documentaire aurait pu développer les deux thèses en même temps, tandis que les plus passionnés peuvent poursuivre l’enquête ici, ici et ici.

Au final, "Bye Bye l’euro" est un film pro-euro aussi paradoxal que stimulant, puisqu’il va ravir les anti-euro. D’un côté, il défend la monnaie unique en insistant sur les conséquences dramatiques de sa disparition. Mais de l’autre, il considère comme acquis que l’on puisse en sortir, ce qui suffira à faire s’étrangler tout Bruxelles où l’on compare volontiers la monnaie unique à l’Hotel California des Eagles : on peut y rentrer à tout moment, mais jamais en sortir.

------------------------------

2-Déficit : Moscovici n'exclut pas de sanctionner la France
http://www.lepoint.fr/economie/deficit-moscovici-n-exclut-pas-des-sanctions-contre-la-france-23-02-2015-1907146_28.php
Le Point - 23/02/2015

La Commission européenne doit rendre son verdict sur le budget 2015 de la France, assorti d'une recommandation sur le calendrier de réduction des déficits.

Pierre Moscovici n'exclut pas de prendre des sanctions contre la France.
Pierre Moscovici n'exclut pas de prendre des sanctions contre la France.

Lire aussi :
Moscovici : "L'effort de la France n'est pas suffisant"
http://www.marianne.net/moscovici-effort-france-n-est-pas-suffisant-100231972.html

Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici n'a pas exclu lundi des sanctions contre la France si celle-ci ne parvient pas à réduire suffisamment ses déficits, à quelques jours du verdict de Bruxelles sur les finances publiques françaises. "On a les données sur la table et j'espère qu'on va trouver un bon accord", a déclaré Pierre Moscovici sur France 2. "Un bon accord est toujours préférable à de mauvaises sanctions, mais des sanctions peuvent être aussi nécessaires quand il n'y a pas d'accord", a-t-il ajouté.

La Commission européenne doit rendre vendredi son verdict sur le budget 2015 de la France, assorti d'une nouvelle recommandation sur le calendrier de réduction des déficits. Elle semble pour l'instant prête à accorder un nouveau délai de trois ans pour faire tomber le déficit public sous la barre des 3 % du produit intérieur brut, soit jusqu'en 2018. "Il est indispensable que le déficit se réduise à un rythme prévu par les règles européennes, c'est-à-dire de 0,5 point de PIB" par an, a expliqué Pierre Moscovici, en référence au déficit dit "structurel", c'est-à-dire relevant de la seule volonté politique sans éléments conjoncturels extérieurs.

"Il ne peut y avoir de dérogation aux règles"
Sur ce point, a-t-il estimé, le gouvernement français a "bien avancé", mais, a-t-il insisté, "il ne peut pas y avoir de dérogation aux règles". "Si les réformes ne sont pas faites, si les déficits ne se réduisent pas, nous n'avons pas le choix par rapport à nos textes", a-t-il poursuivi tout en assimilant d'éventuelles sanctions à un "échec". "L'Europe est là pour convaincre, pour inciter à la réforme, elle n'est pas là pour punir", a-t-il dit. À propos de la loi Macron, adoptée la semaine dernière en première lecture à l'Assemblée par le biais du 49.3, il a estimé que "le fait que cette loi ait été adoptée dans des conditions difficiles montre que (Manuel) Valls a vraiment l'intention de réformer, qu'il ne s'arrête pas en chemin".

"Mais cette loi ne peut être qu'un premier pas", a-t-il observé, évoquant le programme national de réformes, dont le gouvernement a lancé la rédaction la semaine dernière et qui doit être présenté à la commission avec le programme de stabilité en avril. "On va examiner le programme national de réformes pour notamment voir ce qui, dans le domaine du marché du travail, permet d'aller plus loin", a-t-il prévenu. Le 16 février, dans une lettre à Bruxelles, Michel Sapin, le ministre français des Finances, avait répété l'engagement de la France à "respecter l'ajustement structurel de référence prévu par les règles européennes".

------------------------------

3-Trop d’immigration, peine de mort, problème de l’islam… le sondage choc
http://www.valeursactuelles.com/societe/trop-dimmigration-peine-de-mort-probleme-de-lislam-le-sondage-choc-51049
26/02/2015

Overdose. Selon l’enquête annuelle OpinionWay pour le centre de recherches de Sciences-Po (CEVIPOV), 69% des Français estiment qu’il y a trop d’immigrés. 50% sont pour le rétablissement de la peine de mort, et 59% d’entre-deux n’ont plus confiance en la politique.

http://www.valeursactuelles.com/sites/default/files/styles/va-article/public/voiles_afp.jpg?itok=BKnoGFqa
Trop d’immigration, peine de mort, problème de l’islam… le sondage choc.

Lire aussi :
Yves de Kerdrel : « ces politiques qui pactisent avec l'islamisme »
http://www.valeursactuelles.com/societe/yves-de-kerdrel-ces-politiques-qui-pactisent-avec-lislamisme-51204
Ces maires qui favorisent l’islam
http://www.valeursactuelles.com/ces-maires-qui-favorisent-lislam-51130

Le sondage qui affole les bien-pensants
L’esprit du 11 janvier aurait-il disparu plus tôt que prévu ? L'enquête annuelle d'OpinionWay pour le centre de recherches de Sciences Po ne donne pas raison aux ayatollahs de l’esprit Charlie.

Le baromètre de la confiance politique ne va pas faire plaisir aux bien-pensants. Initialement réalisé au mois de décembre dernier, le CEVIPOV a pris la décision de refaire l’enquête après les attentats. Et les résultats sont sans appel : à l’égard de la politique, 40% des personnes interrogées ressentent de la méfiance, 25% du dégoût et 11% d’ennui. Pour 85% des sondés, «les responsables politiques ne se préoccupent pas de leur opinion».

69% des Français estiment qu’il y a trop d’immigrés. L’islam, une «religion négative» pour 7 Français sur 10
59% des personnes interrogées «n’ont ni confiance dans la droite ou dans la gauche pour gouverner le pays». Pour 69% des interrogés, «il y a trop d’immigrés» (20 points de plus qu’en 2009), et «il faudrait rétablir la peine de mort» pour 50% des sondés (+18 points en cinq ans).

L’islam est une religion perçue négativement pour 69% des Français. Pour 87% des sondés, «les Français juifs sont des Français comme les autres». Lorsqu’il s’agit des musulmans, ils ne sont plus que 68% à le penser. Les méfaits de la mondialisation sur notre territoire inquiète aussi les Français : pour un Français sur deux, «la France doit se protéger davantage du monde d'aujourd'hui». 50%, soit dix points de plus que l’enquête réalisée au mois de décembre dernier.

Dans le domaine scolaire, on est également loin de l’adhésion aux réformes proposées par les idéologues Hamon ou Belkacem, pourfendeuse de la théorie de genre et des ABCD de l’égalité en milieu scolaire : 64% des Français estiment que l’école doit «donner avant tout le sens de la discipline et de l'effort» au lieu de «former des gens à l'esprit critique» (35 %).

Enfin, voilà un chiffre qui rassure : 82% des sondés sont «fiers d’être français». Une hausse de dix points par rapport au mois de décembre

Lire aussi :
À quand la France musulmane ?
http://www.latribune.fr/opinions/blogs/signaux-faibles/a-quand-la-france-musulmane-460862.html
"Nous ne voulons pas de femmes voilées" en France, lâche Sarkozy
http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/nous-ne-voulons-pas-de-femmes-voil%C3%A9es-en-france-l%C3%A2che-sarkozy/ar-BBhKemW

------------------------------

4-Les conversions à l’Islam explosent en France depuis les attentats
http://www.valeursactuelles.com/comment/284623
10/02/2015

Augmentation. C’est une information de nos confrères d’RTL : depuis les attentats du mois de janvier qui ont touché la France, de nombreuses mosquées en France enregistrent une hausse des conversions à l’Islam.

http://www.valeursactuelles.com/sites/default/files/styles/va-article/public/islam_afp_2.jpg?itok=y-P4TZW_
Les conversions à l’Islam explosent depuis les attentats en France.

Lire aussi :
Pourquoi dans nos sociétés occidentales des jeunes se convertissent à l'islam
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/02/10/31003-20150210ARTFIG00323-pourquoi-dans-nos-societes-occidentales-des-jeunes-se-convertissent-a-l-islam.php

Une hausse depuis les attentats de Charlie Hebdo
Nos confrères d’RTL révèlent aujourd’hui que les conversions à l’Islam n’ont jamais été aussi nombreuses en France que depuis les attentats de Charlie Hebdo. La radio rapporte que la Grande Mosquée de Paris a délivré 40 certificats de conversion. «A la même période l’année dernière, elle n’en avait donné que 22» rappelle RTL.

Le phénomène est le même dans d’autres villes de France : «même constat à Strasbourg et Aubervilliers où une hausse de 30% a été enregistrée. Lyon suivrait aussi cette tendance avec une augmentation de 20%».

RTL rapporte enfin que les imams «semblent les premiers surpris» par ce phénomène. Et que les profils sont divers : «à Paris, un médecin, une directrice d’école ou encore un policier» sont venus se convertir à la Grande Mosquée de Paris.

------------------------------

5-Egalité et Justice, le parti islamo-turc qui se lance aux départementales
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/egalite-et-justice-le-parti-communautariste-islamo-turc-qui-se-lance-aux-departementales_1658413.html#xtor=CS3-5076
Par Alexandre Sulzer publié le 06/03/2015

Présent dans dix cantons de l'Est de la France, ce parti qui se revendique du communautarisme et dit lutter contre les "discriminations", fait grincer des dents.

Egalité et Justice, le parti islamo-turc qui se lance aux départementales
Capture d'écran d'une affiche électorale présentée sur le site Web du parti Egalité et Justice.
www.Justice-egalite.fr

Lire aussi :
L’Union des démocrates musulmans jette l’éponge
http://www.liberation.fr/politiques/2015/03/13/l-union-des-democrates-musulmans-jette-l-eponge_1220289

La présentation de ses candidats dans dix cantons à Strasbourg, Colmar, Belfort, Montbéliard, Pontarlier et Besançon aux départementales n'a pas créé la même polémique que pour l'Union des démocrates musulmans de France (UDMF). Le parti Egalité et Justice (PEJ) n'en est pas moins un parti communautaire, issu de la diaspora turque. Le président de sa fédération du Bas-Rhin, Fatih Karakaya, préfère le définir comme un "parti laïque qui défend les valeurs familiales et traditionnelles des musulmans et des minorités".

S'ils se disent indépendants, de nombreux cadres du PEJ ont aussi des responsabilités au sein de la Cojep. Une structure d'éducation populaire dont le champ d'action principale, à l'Est de la France, épouse la carte d'Egalité et Justice. Depuis les manifestations du parc Gezi d'Istanbul, la Cojep "ne cache plus son accointance avec l'AKP", le parti pour la Justice et le Développement du Premier ministre Erdogan, souligne Mine Günbay, adjointe au maire de Strasbourg en charge notamment de la démocratie locale et du droit des femmes. Le PEJ un parti islamiste? "A minima islamo-conservateur", répond l'élue d'origine turque pour qui son programme est "absolument abject" et a des "relents panturquistes".

Défense du "communautarisme"
Dans son manifeste mis en ligne, le PEJ adopte une position victimaire marquée, estimant en préambule que "la rhétorique islamophobe est reprise par tous les acteurs politiques et européens". "Il n'y a pas de différence entre Manuel Valls et le FN", souligne Fatih Karakaya. Outre des revendications liées aux "quartiers" et à la politique de la Ville, le PEJ demande pêle-mêle l'abolition de la loi sur l'interdiction du voile à l'école, l'instauration de l'Aïd-el-Kébir comme jour férié national, ou encore "la possibilité de menus halals dans les cantines scolaires". En matière internationale, le programme se résume à l'adhésion de la Turquie et de la Bosnie au sein de l'Union européenne ainsi qu'à la "défense des droits des Palestiniens".

Le parti défend également, noir sur blanc dans son manifeste, le "communautarisme", présenté comme l'une de ses "priorités". "Le regroupement de personnes au sein d'une structure ou autour d'un projet commun sur base de leurs similitudes culturelles ou religieuses est très mal perçu en France", regrette le parti qui propose la création "d'un organe communautaire chargé de surveiller le processus législatif". Parmi les lois que le PEJ entend adapter, celle de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat. "Notre parti milite pour redéfinir la laïcité tout en garde (sic) à l'esprit le principe de la séparation des pouvoirs mais néanmoins mettre en place des accommodements raisonnables concernant les musulmans (...)."

Contre le "positionnement libertin de la société française"
C'est en matière sociétale que le parti affiche les positions les plus conservatrices. Il demande l'abolition de la loi sur le mariage pour tous, mise en place selon lui "afin de répondre favorablement à un petit lobby influent d'homosexuels". Le parti se présente comme un rempart "contre le positionnement libertin de la société française pour pouvoir revenir à la cellule familiale traditionnelle". Le PEJ dénonce également "l'introduction de la théorie du genre" à l'école. Une fausse rumeur qui fait écho aux thèses défendues par la militante soralienne Farida Belghoul. Interrogé par L'Express, Fatih Karakaya persiste, relayant des témoignages locaux selon lesquels des enseignants en maternelle auraient dit à des garçons qu'ils peuvent s'habiller en jupe. Et de dénoncer les ABCD de l'égalité, mis en place par Najat Vallaud-Belkacem. "On voit bien l'orientation de ce programme... Il n'est pas pensable qu'un imam vienne enseigner dans une école alors que des associations homosexuelles peuvent y venir témoigner..."

"Parler d'égalité hommes-femmes, c'est déjà la théorie du genre pour eux. Ils ont du mal à la concevoir", ricane Muharrem Koç, directeur de l'ASTU, une association de médiation interculturelle strasbourgeoise, présente au sein de la communauté turque. Selon lui, le PEJ "véhicule des stéréotypes communautaristes qui mettent en danger notre vivre-ensemble". Aux dernières municipales, le parti Mouvement Citoyen de Strasbourg, mené par Tuncer Saglamer, un candidat déjà issu du Cojep, avait réalisé des scores encourageants avec 2,63% des voix à Strasbourg (allant jusqu'à 6,49% dans le quartier populaire de Cronenbourg).

Des candidats passés par des partis politiques classiques
Pour Muharrem Koç, le PEJ "présente des points communs avec le discours" du Parti des musulmans de France (PMF) de Mohamed Latrèche. Un parti islamiste violemment antisioniste, né à Strasbourg, qui avait présenté des candidats aux législatives en 2007. Fatih Karakaya dit "connaître Mohamed Latrèche, comme tout le monde". "Mais n'a pas d'avis" sur son action politique passée. Lui a milité de nombreuses années au sein d'Europe-Ecologie-Les-Verts à Schiltigheim. "Je ne trouvais pas ma place, c'était intenable." Comme la plupart des autres candidats du PEJ, il "se sentait discriminé" au sein des partis traditionnels. Il en veut pour preuve de ne pas avoir été investi comme candidat EELV aux dernières municipales à Wissembourg.
"Ces gens-là ont fait de l'entrisme dans tous les partis politiques: au PCF, à EELV en passant par l'UMP et le PS", attaque Mine Günbay, l'adjointe au maire de Strasbourg, en référence entre autres au vice-président du PEJ, Kadir Güzle, ancien conseiller municipal UMP d'Obernai. "Au moins, là, pour une fois, ils sont identifiés. On peut être d'accord avec une partie des analyses qu'ils font sur l'islamophobie, les discriminations, la non-représentativité de la diversité en politique. Mais on ne peut pas y répondre par le communautarisme."

Un candidat à une présidentielle un jour
"On a notre culture, notre tradition, nous l'assumons", répond Fatih Karakaya qui voit déjà plus loin. Aux régionales, le PEJ, qui revendique 200 sympathisants, espère présenter des candidats dans les nouvelles régions Alsace-Champagne-Lorraine, Bourgogne-Franche-Comté et "pourquoi pas l'Ile-de-France". "Nous avons également des demandes à Lyon", souligne le responsable du PEJ qui a comme objectif d'atteindre 5000 adhérents dans les deux ans qui viennent. Et de présenter même un candidat à une élection présidentielle. "On sait que certains vont fantasmer à la Houellebecq. Mais on n'est pas là pour diriger la France. On pense simplement qu'un jour, si un président d'origine musulmane est élu, ça serait bénéfique."

------------------------------

6-Charles Pasqua propose de recréer les travaux forcés pour les islamistes
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/insolites/2015/03/08/25007-20150308ARTFIG00113-charles-pasqua-propose-de-recreer-les-travaux-forces-pour-les-islamistes.php#xtor=AL-155-[Facebook]
08/03/2015

L'ancien ministre de l'Intérieur estime souhaitable d'isoler les condamnés radicaux sur une île pour leur faire exécuter des travaux forcés.

L'ancien ministre de l'Intérieur, Charles Pasqua
L'ancien ministre de l'Intérieur, Charles Pasqua

Voir la vidéo :
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/insolites/2015/03/08/25007-20150308ARTFIG00113-charles-pasqua-propose-de-recreer-les-travaux-forces-pour-les-islamistes.php#xtor=AL-155-[Facebook]

Charles Pasqua n'a pas la réputation d'être un tiède. Et il le prouve une nouvelle fois. Interrogé sur France 2 dans l'émission «13h15 le dimanche», l'ancien ministre de l'Intérieur a réagi à la volonté du gouvernement de généraliser l'isolement des islamistes radicaux.

Celui qui assure que la menace du terrorisme islamiste «est beaucoup plus radicale» que lorsqu'il était au pouvoir livre quelques commentaires. «Qu'est-ce-que j'apprends moi? Je lis le journal comme tout le monde. J'apprends qu'on va regrouper tous les détenus islamistes dangereux au même endroit», commence l'ancien ministre avant d'ironiser: «Bravooo». «Et c'est où cet endroit? C'est sur le sol de la métropole? Non ce n'est pas sérieux», poursuit Charles Pasqua.

«Tous les moyens dont nous pouvons disposer»
«Qu'on les mette sur une île, qu'on les mette loin, bien entendu», ajoute l'ex-sénateur des Hauts-de-Seine, répondant à la question du journaliste qui demandait s'il fallait un Guantanamo à la française. «On a qu'à recréer les travaux forcés», poursuit l'homme âgé de 88 ans.
«Si on ne veut pas prendre un certain nombre de mesures alors il faut passer la main. Il ne faut pas rester au pouvoir», relève encore Charles Pasqua pour qui la situation «nécessite l'utilisation de tous les moyens dont nous pouvons disposer».

------------------------------

7-Le tribunal administratif de Toulouse vandalisé et couvert de menaces islamistes
http://www.bvoltaire.fr/gabrielrobin/le-tribunal-administratif-de-toulouse-vandalise-et-couvert-de-menaces-islamistes,164269
14-03-2015

Le tribunal administratif de Toulouse a jugé 1.853 affaires en matière de droit des étrangers, dont 514 mesures d’éloignement. Les reconduites à la frontière d’individus dangereux ont pu énerver leurs amis toujours présents sur notre territoire.

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2015/03/200812170917.jpg

Stupeur au tribunal administratif de Toulouse. Le matin du 9 mars dernier, le bâtiment a été saccagé de fond en comble. Les fonctionnaires du tribunal administratif ont pu découvrir avec effroi les dossiers éparpillés sur le sol, les photocopieurs renversés et, plus grave, des inscriptions menaçantes à la bombe de peinture noire. Cet acte gravissime n’a été que peu commenté par les médias, à l’exception de La Dépêche du Midi dans une version expurgée de certains éléments édifiants, et Atlantico, qui n’a pas hésité à se faire l’écho de ce fait divers qui s’apparente à un acte de quasi-terrorisme.

Dans le contexte post-attentats islamistes que nous connaissons, et trois ans après l’affaire Merah à Toulouse, trouver sur quatre étages des inscriptions telles que « Le prophète te jugera » ou « Avertissement », le tout accompagné du nom d’une magistrate (de confession musulmane) en exercice, donne des sueurs froides. Notre pays n’est pas remis des massacres de janvier mais ne doit surtout pas détourner le regard face aux divers actes intermédiaires ; ils sont révélateurs d’une situation de crise inédite et plus que périlleuse.

La nature des faits indique clairement qu’il ne s’agit pas d’un acte commis par de simples voyous, mais bel et bien d’un avertissement vengeur lancé par un commando déterminé, peut-être islamiste. Le tribunal administratif de Toulouse a jugé 1.853 affaires en matière de droit des étrangers, dont 514 mesures d’éloignement. Les reconduites à la frontière d’individus dangereux ont pu énerver leurs amis toujours présents sur notre territoire. Sont-ce des personnes aux motivations comparables à messieurs Kouachi, Coulibaly, Nemmouche ou Merah ? Nous ne pouvons plus l’exclure aujourd’hui.

Les syndicats de policiers et de magistrats sont très inquiets, ils demandent de véritables mesures de protection. L’UNSA-Police prie les « pouvoirs publics de ne pas prendre ces menaces à la légère et d’assurer protection et assistance aux victimes de ces menaces ». Le tribunal ne bénéficiait d’aucune mesure de protection particulière alors qu’il est au cœur de la machine, et traite des dossiers conflictuels dans une France qui ne l’est aujourd’hui pas moins.

Les Français doivent être largement informés de cette situation, non pas pour sombrer dans la spirale de la psychose mais bien pour se préparer à un futur de plus en plus incertain. Le pouvoir politico-médiatique ne pourra pas longtemps cacher la situation dans laquelle nous a plongés le terrible laxisme des différents gouvernements qui se succèdent à la tête de l’État depuis plusieurs années. Les fonctionnaires de l’ordre judiciaire, tout comme les journalistes, doivent être considérés comme des personnalités à protéger en priorité.

Lire aussi :
Toulouse : le tribunal administratif vandalisé
http://www.sudouest.fr/2015/03/09/toulouse-le-tribunal-administratif-vandalise-1853543-5377.php
Saccage : qui s'est attaqué au tribunal administratif ?
http://www.ladepeche.fr/article/2015/03/10/2063722-saccage-au-tribunal-administratif.html
Le tribunal administratif de Toulouse vandalisé et tagué: « Le prophète te jugera »
http://www.prechi-precha.fr/toulouse-le-tribunal-administratif-vandalise-et-tague-le-prophete-te-jugera/
L’étrange black­out sur le saccage du Tribunal administratif de Toulouse
http://www.atlantico.fr/decryptage/etrange-blackout-saccage-tribunal-administratif-toulouse-gilles-gaetner-2036739.html
Toulouse: le tribunal administratif vandalisé
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/09/97001-20150309FILWWW00047-toulouse-le-tribunal-administratif-vandalise.php
Vandalisme au tribunal administratif de Toulouse: vive inquiétude de l'UNSA
http://www.leparisien.fr/toulouse-31000/vandalisme-au-tribunal-administratif-de-toulouse-vive-inquietude-de-l-unsa-10-03-2015-4593815.php

------------------------------

8-Un document de travail sur la laïcité sème le trouble au PS
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/couacs/2015/03/11/25005-20150311ARTFIG00305-un-document-de-travail-sur-la-laicite-seme-le-trouble-le-ps.php
11/03/2015

Crée dans la foulée des attentats, le groupe de travail du PS sur la «cohésion républicaine» a formulé des propositions, dont le développement des écoles privées musulmanes. Cinq semaines plus tard, certains signataires s'en désolidarisent.

Le siège du Parti socialiste à Paris, rue Solférino.
Le siège du Parti socialiste à Paris, rue Solférino.

Le document était passé totalement inaperçu. Publié sur le site du Parti socialiste le 1er février et présenté le même jour lors du rassemblement des secrétaires de section à la Maison de la Mutualité, à Paris, «le rapport d'étape» du groupe de travail «Cohésion républicaine» ressurgit cinq semaines plus tard et suscite des réactions, notamment de la part de certains signataires, qui prétendent ne pas avoir eu connaissance de son contenu.
En cause, cette petite ligne, à la fin des cinq pages du rapport, qui fait polémique: «Il faut développer les établissements scolaires privés sous contrat» pour mieux «organiser la place de l'islam dans la République». Une proposition étonnante alors que la défense de l'école publique fait partie de l'ADN du PS.

» Le rapport d'étape du groupe de travail «Cohésion républicaine »:
Rapport "Cohésion républicaine" : http://www.parti-socialiste.fr/articles/cohesion-republicaine

Ces mêmes positions sur la laïcité se retrouvent à Beauvau. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a repris lors du conseil des ministres du 25 février des propositions du texte, notamment sur les écoles privées. «Le gouvernement veillera à ce que l'enseignement privé confessionnel musulman puisse se développer dans le respect des principes républicains. Des instructions seront adressées aux préfets et aux recteurs afin qu'ils fassent pleinement usage de leurs prérogatives de contrôle», avait annoncé le ministre. Le Parti socialiste, s'en était aussitôt félicité dans un communiqué.

«Je n'ai jamais lu le texte et je n'en partage pas les options»
Emmanuel Maurel, signataire du rapport de «Cohésion républicaine»

Sauf que le texte en question n'est pas - ou plus - au goût de tous ses signataires. «Je n'ai jamais lu ce texte et je n'en partage pas les options. Je n'y ai pas été associé, pas plus que mes collègues dont le nom est mentionné», déplore Emmanuel Maurel, eurodéputé et animateur de la contribution «Maintenant la gauche». L'élu socialiste regrette que le texte n'ait pas été discuté en bureau national. «J'ai appelé Laurent Dutheil (secrétaire national à la Laïcité et aux institutions, ndlr), l'auteur du texte, pour lui en faire part, et j'ai adressé un courrier. Il m'a dit qu'il avait inscrit nos noms parce que nous faisions partie du groupe de travail», détaille au Scan l'un des leaders de l'aile gauche du PS, qui s'offusque d'être associé à un texte qui promeut le développement des écoles confessionnelles.

La députée de Paris Sandrine Mazetier, dont le nom apparaît aussi à la fin du document, n'a pas non plus pris connaissance du document avant sa publication. Elle précise que le texte ne reflète en rien la ligne officielle du PS, et que le travail s'est fait dans la précipitation. «Ce n'est qu'un point d'étape, le rédacteur de ce texte s'est retrouvé probablement un peu seul pour l'élaborer, à cause d'un calendrier très ramassé, ajouté à d'autres impératifs comme la Loi Macron», explique la secrétaire nationale, qui refuse de préciser si elle partage ou non les propositions qui sont exposées.
François Kalfon, conseiller régional Ile-de-France, avoue lui aussi ne pas avoir lu le texte, pourtant envoyé au préalable par Laurent Dutheil. «Je suis contre le développement et la promotion des établissements scolaires privés sous contrat mais plutôt favorable à un contrôle des structures éducatives existantes par l'Éducation nationale. Je n'adhère donc pas à la formule employée», explique-t-il, contacté par Le Scan.

Un sujet tabou pendant la campagne électorale?
Laurent Dutheil, «monsieur laïcité» au PS, ne comprend pas cette agitation. «Le texte a été présenté devant les secrétaires de section socialistes, et aucun élément critique n'y a été apporté. Et cinq semaines après il y aurait une incompréhension! Je ne dis pas autre chose que ce que dit Cazeneuve», pointe l'auteur du texte incriminé, qui estime avoir associé les autres signataires à ce rapport. «Ne cherchons pas des querelles, on veut tordre la réalité. Nous ne disons pas qu'il faut absolument développer l'enseignement privé musulman», peste-t-il. Le socialiste dénonce le «deux poids, deux mesures» et la discrimination entre les enseignements confessionnels. «Nous devons considérer que toutes les religions sont sur le même plan», abonde-t-il, visant le développement beaucoup plus important de l'enseignement confessionnel catholique sous contrat par rapport aux autres religions.

À quelques jours des élections cantonales, les responsables PS ne souhaitent pas s'aventurer sur le sujet sensible de la laïcité. Selon nos informations, l'exécutif du PS devrait clarifier la ligne du parti lors d'un bureau national, juste après les élections. Le texte incriminé devrait être notamment à l'ordre du jour. Autre symptôme du malaise ambiant: l'examen de la proposition de loi des radicaux de gauche sur la neutralité religieuse dans les crèches privées, initialement prévu ce jeudi, a été reporté au 11 mai.

Le PRG dénonce «une trahison de la République»
«En renonçant à défendre l'école publique le parti socialiste trahit la République.» C'est en ces termes forts que le Parti radical de gauche (PRG) de Jean-Michel Baylet a combattu les propositions du PS sur la laïcité. «Ces propositions sont indignes de la tradition socialiste d'émancipation vis-à-vis des religions et sont une insulte à la mémoire d'Alain Savary qui a combattu avec force pour unifier l'enseignement secondaire», dénoncent-ils encore, dans un communiqué publié lundi. Les radicaux de gauche demandent à Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, de «rapidement clarifier la position du PS en matière de laïcité». «Quand nous avons lu le document, nous avons pensé que c'était une contribution d'un courant socialiste. Nous avons été estomaqués de lire que le PS encourageait les écoles confessionnelles et les lieux de culte», a expliqué au Scan Pascal-Eric Lalmy, secrétaire national à la laïcité au PRG.

Lire aussi :
Haut-Rhin: pris d'un " coup de sang " un élu socialiste décroche un crucifix du Conseil général
http://lci.tf1.fr/france/societe/haut-rhin-pris-d-un-coup-de-sang-un-elu-socialiste-decroche-un-crucifix-8579212.html
L’appel du PS à ouvrir des écoles musulmanes inquiète les enseignants
http://www.europe1.fr/societe/l-appel-du-ps-a-ouvrir-des-ecoles-musulmanes-inquiete-les-enseignants-2398981

------------------------------

9-Pour Hervé Morin, le vrai patron, c'est Valls, "ce n'est plus Hollande"
http://www.lepoint.fr/politique/pour-herve-morin-le-vrai-patron-c-est-valls-ce-n-est-plus-hollande-12-03-2015-1912387_20.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Matinale]-20150313
Le Point - Publié le 12/03/2015

Le député UDI ne croit pas à l'hypothèse d'un départ de Manuel Valls. Pour lui, le président est trop "faible" pour congédier son Premier ministre.

"Il restera. Vous savez pourquoi ? Parce que le patron, c'est lui, ce n'est plus Hollande. Eh oui!" s'est amusé Hervé Morin lors de l'émission "Preuves par 3" sur Public Sénat.
"Il restera. Vous savez pourquoi ? Parce que le patron, c'est lui, ce n'est plus Hollande. Eh oui!" s'est amusé Hervé Morin lors de l'émission "Preuves par 3" sur Public Sénat.

Voir la vidéo : http://www.dailymotion.com/video/x2jce4u_herve-morin-le-patron-c-est-valls-et-non-plus-hollande_news

Le député UDI de l'Eure Hervé Morin a estimé jeudi que Manuel Valls resterait Premier ministre après les élections départementales, car "le patron, c'est lui, ce n'est plus Hollande". "Il restera. Vous savez pourquoi ? Parce que le patron, c'est lui, ce n'est plus Hollande. Eh oui !" s'est amusé Hervé Morin lors de l'émission Preuves par 3 sur Public Sénat avec l'AFP et Dailymotion. Il y a une inversion dans le couple exécutif ? "Bien sûr!" a répondu l'ancien ministre de la Défense. "François Hollande est tellement faible qu'il n'est pas en mesure de pouvoir congédier son Premier ministre", a-t-il estimé.

Est-ce que l'éventuel maintien de Manuel Valls à son poste ne résulte pas d'autres facteurs ? "Le PS a de multiples talents. Mais il suffit de voir des indices simples, celui de la popularité, l'un (François Hollande) est à 20 %, l'autre (Manuel Valls) à 40 %, l'un a déçu, a peiné à entrer dans son costume présidentiel, l'autre, disons, fait le job de Premier ministre, avec plus de talent que le précédent", Jean-Marc Ayrault, a jugé le centriste. "On a le sentiment que c'est François Hollande qui est soutenu par Manuel Valls, on voit bien qu'il est tranquille. Même si le PS prend une déculottée, je ne vois pas pourquoi ça pourrait changer sa trajectoire", a encore affirmé l'ancien locataire de l'hôtel de Brienne.

Hervé Morin a aussi soutenu que la majorité socialiste était faible : "Est-ce que François Hollande est en mesure d'appliquer la politique sociale-démocrate qu'il souhaite mettre en oeuvre ? On voit bien que non, car, quand on bouge un tout petit peu les lignes avec la loi Macron, il faut utiliser le 49.3. On ne peut pas l'utiliser dix fois dans l'année." François Hollande, dans un entretien jeudi à l'hebdomadaire Challenges, a déclaré qu'à l'issue des départementales "il n'y (aurait) pas de changement, ni de ligne ni de Premier ministre". Manuel Valls avait dit dimanche qu'il resterait "sans aucun doute" à Matignon après les départementales.

------------------------------

10-Attentat de Bamako : le corps de Fabien Guyomard rapatrié
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/03/10/attentat-de-bamako-le-corps-de-fabien-guyomard-rapatrie_4590319_3212.html
Le Monde.fr avec AFP Le 10.03.2015

Le corps de Fabien Guyomard, la victime française de l'attentat de samedi à Bamako, est arrivé mardi 10 mars au matin à l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle, où une cérémonie doit se dérouler en présence de sa famille. Le groupe djihadiste Al-Mourabitoune de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar a revendiqué l'attentat.

 Fabien Guyomard (à gauche), 30 ans, a été tué dans l'attaque de La Terrasse, un restaurant-bar de Bamako, qui a fait cinq morts (trois Maliens, un Français et un Belge) et au moins huit blessés, dont deux militaires suisses.

L'avion dans lequel il a été rapatrié s'est posé peu avant 7 heures sur le tarmac, a déclaré une porte-parole du ministère des affaires étrangères.

Il vivait à Bamako depuis 2007
Fabien Guyomard, 30 ans, a été tué dans l'attaque de La Terrasse, un restaurant-bar de Bamako, qui a fait cinq morts (trois Maliens, un Français et un Belge) et au moins huit blessés, dont deux militaires suisses.

Source image: http://www.ouest-france.fr/attentat-bamako-la-depouille-de-fabien-guyomard-est-arrivee-paris-3242557
Source image: http://www.ouest-france.fr/attentat-bamako-la-depouille-de-fabien-guyomard-est-arrivee-paris

Lire aussi :
Mort de Fabien Guyomard : ni Président, ni Ministre, ni médias hier à Roissy pour y accueillir sa dépouille
http://pierre.parrillo.over-blog.fr/2015/03/mort-de-fabien-guyomard-ni-president-ni-ministre-ni-medias-hier-a-roissy-pour-y-accueillir-sa-depouille.html

Célibataire sans enfant né le 4 août 1984 en France, Fabien Louis Guyomard vivait à Bamako depuis 2007. Il travaillait à ICMS Africa, une société américaine spécialisée dans la construction de luxe.

------------------------------

11-Envie d'être James Bond ? La DGSE recrute
http://www.ledauphine.com/defense/2015/03/05/l-espionnage-francais-recrute
06/03/2015

La menace terroriste rend d’autant plus cruciale la mission des services secrets dont le profil de ses collaborateurs a beaucoup évolué. Notamment à la DGSE où les offres de service connaissent un pic au lendemain des attentats.

Le renseignement emploie actuellement 6000 agents en France.  Photo DR
Le renseignement emploie actuellement 6000 agents en France.

L’émotion, comme guide. À chaque événement tragique, c’est ainsi : le nombre de candidatures spontanées afflue subitement à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Il y a par exemple ce cadre bancaire qui met en avant ses connaissances en matière de réseaux monétaires. Mais aussi les belliqueux mués par un esprit de vengeance. « Ici, on ne veut pas de gens qui veulent entrer en guerre », coupe un cadre de la centrale. « Plutôt des personnes qui cherchent à comprendre ce qui se passe dans le monde ».

Des gadgets, mais pas seulement
Au sein du principal service de renseignement français, un nid composé de plus de six mille espions, on se bat toujours contre le mythe James Bond qui, toutefois, rejoint encore la réalité. Notamment au travers des deux couturières chargées d’insérer accessoires et autres gadgets dans les vêtements des agents en partance sur le terrain. La partie émergée d’un iceberg dont la composition des métiers a fortement évolué au cours de ces dernières années. De même que son image.

« À partir des années 2000, les affaires de prises d’otages ont tout changé, notre rôle a été mis en lumière, l’opinion publique nous a découvert une utilité sociale de façon à légitimer notre action ». La partie émergée de l’iceberg, encore une fois. Il n’empêche, il devenait, dès lors, avec ce changement de paradigmes et face à la montée de la menace terroriste, plus aisé d’attirer de nouveaux profils. D’autant que depuis le Livre blanc de 2008, « l’État définit mieux ce qu’il veut ». Le renseignement, en France, a désormais pris une tout autre dimension.

On cherche des geeks
Et cela se mesure à ce chiffre : une hausse de plus de 20 % des effectifs de la DGSE en l’espace d’une décennie. Avec 434 emplois supplémentaires prévus par la loi de programmation militaire 2014-2019. Auxquels il convient désormais d’ajouter les 185 annoncés par le Premier ministre consécutivement aux attentats de Paris. Cœur de cible : analystes en contre-terrorisme et ingénieurs. Dans ce dernier secteur, ils sont un millier environ au sein de la DGSE, spécialistes en sécurité informatique, des télécoms, mathématiciens rompus à la cryptologie ou férus de recherche fondamentale et pour l’essentiel contractuels. « Beaucoup sont attirés par la technologie de la DGSE », confie un cadre de la centrale. De fait, poursuit-il au regard de la révolution technologique en cours, « nous avons de moins en moins d’exécutants et toujours plus de concepteurs ». Ainsi attribuerait-on à la DGSE la création du logiciel d’espionnage Babar, un programme destiné à scruter les messageries instantanées.

Un autre logiciel espion aurait été attribué à la DGSE. Il s’appelle Casper et aurait été découvert sur le serveur du ministère de la Justice syrienne. Il serait capable de s’auto-détruire en cas de détection.

Professionalisation accrue
« Ici », insiste cependant un agent des services, « on ne cherche pas des hackers mais des geeks ». Mais aussi des linguistes, dont la palette s’est considérablement élargie au cours de ces dernières années, compliquant le recrutement car leurs origines sont autant de pistes qu’il convient d’explorer afin d’exclure toute forme de fuite ou de manipulation. Une professionnalisation toujours plus accrue à l’image des officiers traitants qui, avec les analystes, forment « l’épine dorsale » de la DGSE pour reprendre l’image usitée par l’un de ses principaux responsables. Lequel insiste sur ce qu’il nomme « la capacité à s’exporter à l’étranger ». « Auparavant, cela touchait essentiellement à la recherche humaine, désormais cela s’applique à la recherche technique ». Et voilà qui peut s’avérer un écueil au recrutement, d’autant que « notre carte géographique, ce sont les zones qui impliquent une certaine rusticité ». Mais les choses changent, incontestablement. À tel point qu’un haut cadre de la DGSE l’affirme, « la clandestinité pure est amenée à disparaître ». Surtout pas le secret cependant. Même si le voile se lève sur une quête de compétences toujours plus pointues en lien avec un monde en pleine ébullition.

------------------------------

12-De Rugy va déposer une proposition de loi "pour le vote obligatoire"
http://www.lepoint.fr/politique/de-rugy-va-deposer-une-proposition-de-loi-pour-le-vote-obligatoire-12-03-2015-1912148_20.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Matinale]-20150312
Le Point - Publié le 12/03/2015

Le coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée estime qu'il faut désormais instaurer une amende pour sanctionner l'abstention.

François de Rugy va déposer une proposition de loi pour rendre le vote obligatoire.
François de Rugy va déposer une proposition de loi pour rendre le vote obligatoire.

Le coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée nationale François de Rugy déposera "cette semaine" une proposition de loi pour rendre le vote obligatoire, a-t-il annoncé mercredi. "Personnellement, j'en ai un peu assez qu'à chaque élection on se lamente, on se mette à pleurer sur l'abstention et qu'on ne fasse rien", a lancé François de Rugy sur Sud Radio. "Je vais déposer une proposition de loi à l'Assemblée nationale avec mes collègues écologistes cette semaine, pour le vote obligatoire", a-t-il annoncé.

"Le suffrage est universel, et aujourd'hui il est universel pour même pas la moitié des Français. Donc il y a une inégalité des Français devant le suffrage universel", a estimé le député écologiste. "Pour rétablir le suffrage universel en quelque sorte, il faut sans doute en passer par là, parce que la République, c'est des droits et des devoirs", a-t-il dit. "On a beaucoup parlé des valeurs de la République au mois de janvier, avec la terrible épreuve que nous avons subie (...) maintenant, il faut être concrets sur les valeurs de la République, et dans ces valeurs, il y a cet engagement civique autour du vote", a déclaré M. de Rugy.

"Petite amende"
"Nous avons voté l'année dernière une loi qui reconnaît le vote blanc, donc évidemment, si on n'est pas content de l'offre politique des partis et des candidats qui se présentent, on a la possibilité de voter blanc", a-t-il rappelé. "Si on veut que les élections aient du sens, si on veut que les élus aient davantage de légitimité, il faut prendre des mesures et le vote obligatoire en fait partie (...) sinon en effet, il faut arrêter de se lamenter sur l'abstention et dire c'est quasiment un vote comme un autre", a-t-il insisté.

Selon M. de Rugy, "il y a des députés de tout bord qui y sont favorables (...) du centre jusqu'au Front de gauche". Si cette loi était adoptée, la personne qui n'irait pas voter "s'exposerait à une petite amende, comme lorsqu'on se gare mal, ou que l'on fait des infractions mineures" soit une "amende de 35 euros, qui peut être minorée à 22 euros". En Belgique, où ce type de loi existe, "le taux de participation est très fort, cette petite amende dissuade tout simplement", a conclu M. de Rugy.

Lire aussi :
Vote obligatoire et 35 euros d’amende pour les abstentionnistes. Thévenoud toujours député !!
http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-vote-obligatoire-et-35-euros-d-amende-pour-les-abstentionnistes-thevenoud-toujours-depute--.aspx?article=6532012012H11690&redirect=false&contributor=Charles+Sannat&mk=2

------------------------------

13-Taxe sur les mouillages - les 4 contre-vérités du député Giacobbi
http://www.actunautique.com/2015/03/taxe-sur-les-mouillages-les-4-contre-verites-du-depute-giacobbi.html#
Publié le 6 mars 2015 par ActuNautique.com

Pour faire voter son amendement relatif à une taxe sur les mouillages dans les aires marines protégées, le député Giacobbi, a pris quelques libertés avec la réalité...

Taxe sur les mouillages - les 4 contre-vérités du député Giacobbi
Mardi soir, 75 députés ont voté (48 pour, 27 contre plus quelques abstentions) l'amendement du député Paul Giacobbi, président du conseil exécutif de l'Assemblée de Corse, instituant une taxe sur les mouillages dans les aires marines protégées.

Mardi soir, 75 députés ont voté (48 pour, 27 contre plus quelques abstentions) l'amendement du député Paul Giacobbi, président du conseil exécutif de l'Assemblée de Corse, instituant une taxe sur les mouillages dans les aires marines protégées.
A cette occasion, l'édile corse a "survendu" son texte pour en minimiser l'impact auprès des plaisanciers, pensant que ces derniers n'y verraient que du feu....
ActuNautique.com fait le point sur 4 éléments d'une argumentation mise en avant par le député Giacobbi, dignes de ceux... d'un arracheur de dents !!

1 / Un prétexte écologique qui ne tient pas
La taxe votée est "vendue" comme étant destinée à limiter l'impact des mouillages des bateaux de plaisance dans les Aires Marine Protégées, et plus particulièrement à Bonifacio et Scandola, au sud de la Corse.
Si telle était Vraiment la volonté du député Giacobbi, une loi n'était pas nécessaire. Il suffisait simplement que la collectivité de Corse, dont il est le président, organise des mouillages sur bouées dans ces deux parc marins, contre rémunération.
L'effet des ancres de bateaux sur les fonds marins disparaîtrait et le tour serait joué !! Le prétexte écologique est d'autant plus énorme que le texte voté ne cherche pas à limiter le nombre de bateaux pouvant mouiller sur une aire marine protégée, mais juste à les taxer !!
La motivation environnementale est donc totalement fallacieuse !

2 / Une loi destinée à s'étendre sur l'ensemble du littoral
Faire voter une loi limitée à la Corse peut donc sembler étonnant, surtout quand on sait qu'elle n'est pas nécessaire comme on vient de le voir !
La raison de cette démarche est à rechercher plus loin et nécessite de prendre un peu de recul...
Le député Giacobbi a précisé que cette loi ne s'appliquerait qu'à la Corse, seule collectivité gérant une aire marine protégée, et que les plaisanciers de l'hexagone, pouvaient donc dormir sur leurs deux oreilles. Cette assertion est fausse !
Il a dans ce sens modifié le texte initialement présenté, pour ne permettre la perception de cette taxe que sur les aires marines protégées gérées par des collectivités territoriales et leurs établissements publics. Dont acte !! Mais que cache réellement cette modification ??

En cherchant un peu, il apparaît in fine que les motivations réelles derrière l'amendement Giacobbi s'articulent en plusieurs temps :
la Corse n'est pas la seule collectivité territoriale à gérer de telles aires : le département des Pyrénées Orientales en gère également une. Une situation que Paul Giacobbi connaît bien, cumulant la fonction de... président de  l'Agence des Aires Marines Protégées, administration d'Etat qui gère la majorité de ces zones !
En fin connaisseur du dossier, Giacobbi, sait que cette administration est exsangue et que l'Etat ne rajoutera pas au pot !! Il lorgne d'ailleurs avec gourmandise les 37 millions d'euros collectés chaque année par le Conservatoire du Littoral auprès des plaisanciers dans la cadre du DAFN (Droit Annuel de Francisation et de Navigation), et oeuvrerait en sous main pour faire absorber ce dernier par son agence...
Il sait aussi parfaitement que l'Etat va créer 10 nouvelles aires marines protégées d'ici 2020 ce qui conduira au fait que près de 50% du littoral hexagonal devraient à terme passer sous ce statut, et que l'Etat sera incapable de les financer.
Dans ce cadre, il anticipe le fait que l'Etat va de fait, transférer aux Régions la gestion des Aires Marines Protégées. Ce tranfert à venir, explique qu'il ait fait modifier le texte initial de loi, en indiquant que seules les collectivités territoriales et leurs agences (et non plus l'Etat), pourra encaisser la taxe sur le mouillage !!!

Le député Giacobbi joue donc avec 2 tours d'avance, anticipant ce transfert de compétences pensant que personne n'y verra rien !!
La conséquence de cette mesure est que d'ici 2020, une belle moitié du littoral sera privatisée, permettant aux plus riches de ne plus être dérangés... par les embarcations de monsieur tout le monde !! Une belle mesure sociale de la part d'un gouvernement de gauche, mise en place en deux étapes, pour endormir les plaisanciers !!

3 / La contre-vérité sur la Sardaigne
Dans son argumentation, le député Giacobbi met en avant que la taxe en vigueur en Sardaigne, détournerait les bateaux vers la Corse, avec tous les ravages que l'on imagine.
Or, il n'existe pas de taxe sur les mouillages en Sardaigne ! Etonnant qu'il ne le sache pas, non ??
Le principe de la taxe qu'il propose y a été adopté en 2006, puis supprimé en 2009, après une chute de 50% de la fréquentation du littoral qui a fait plonger l'économie de l'Ile.
Aujourd'hui, seul le Parc National de la Maddalena, en Sardaigne, impose le versement d'une redevance, allant de 10 à 40 euros pas bateau, dans le cadre de mouillages sur bouées et de services haut de gamme proposés aux plaisanciers, une démarche très compréhensible, mais totalement différente de la taxe Giacobbi !!
A tout moment, la collectivité de Corse peut mettre en place ce principe de mouillage sur bouées, contre rémunération (une redevance donc, et non plus une taxe) dans les aires marines protégées de Bonifacio et Scandola, comme vu au point 1 de cet article !!

4 / Les Corses consultés sur cette mesure
Dans son argumentation, le député Giacobbi a indiqué que les Corses étaient d'accord avec cette mesure !
Cette allégation est fausse. L'accord général sur cette mesure, vient en partie du fait que Camille de Rocca Serra a proposé un amendement visant à dédouaner les Corses du paiement de cette taxe, selon le principe que les bateaux corses doivent sans doute... moins polluer les aires marines protégées que ceux des touristes !! Cet amendement n'a pas été discuté, mais a fait le buzz dans toute l'Ile de Beauté !
De fait, les Corses sont d'accord sur le fait... de ne pas payer cette future taxe !!!

En revanche, la filière nautique corse, tout comme le secteur de l'hôtellerie-restauration et de la distribution n'ont jamais été consultés, qui sont vent debout contre cette taxe, dont on a vu les ravages engendrés par celle mise en place en Sardaigne entre 2006 et 2009 !!

------------------------------

14-La Sécu pourrait prélever son dû sur votre compte bancaire
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/03/13/20002-20150313ARTFIG00004-la-secu-pourrait-prelever-son-du-sur-votre-compte-bancaire.php
13/03/2015

Si le tiers payant est généralisé, l'Assurance maladie devra réclamer directement au patient les fameuses franchises médicales de 1 euro par consultation.

Le prélèvement bancaire est la solution prônée par un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales sur le tiers payant rendu mi-2013/(Crédit: Jean-Christophe Marmara/Le Figaro)
Le prélèvement bancaire est la solution prônée par un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales sur le tiers payant rendu mi-2013

Vous voulez profiter du futur tiers payant généralisé? Il vous faudra pour cela, selon toute vraisemblance, donner vos coordonnées bancaires à la Sécu. Depuis l'annonce, en septembre 2013, de la généralisation de l'avance de frais chez les médecins, le gouvernement réfléchit à la manière de récupérer malgré tout la partie de la consultation qui doit être payée directement par le patient. À savoir la franchise d‘un euro par consultation. Or, la secrétaire d'État chargée de la Lutte contre l'exclusion, Ségolène Neuville, a indiqué ce jeudi que cela se ferait via le compte en banque du patient.

Beaucoup s'inquiètent de la perception des franchises médicales et participations forfaitaires après la généralisation du tiers payant. «Pour sécuriser ce recouvrement, il est proposé d'introduire dans le projet de loi relatif à la santé, dont le Sénat débattra d'ici à quelques semaines, le principe d'un paiement par prélèvement bancaire après autorisation de l'assuré, et de conditionner le bénéfice du tiers payant à cette autorisation de prélèvement», a-t-elle indiqué devant les sénateurs, jeudi matin.

Ces propos très affirmatifs ont toutefois été nuancés dans l'après-midi par l'entourage de sa ministre de tutelle, celle des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine. «L'option de prélèvement des franchises n'a pas encore été arrêtée», précise-t-on. Elle devrait l'être lors des débats parlementaires sur le projet de loi santé, qui débutent mardi prochain.

1,5 milliard de recettes
La solution du prélèvement bancaire est toutefois bien sur la table. Elle était poussée, d'ailleurs, par l'ancien directeur général de l'Assurance maladie, Frédéric van Roekeghem, qui a quitté son poste à l'automne dernier. Ce qui prouve, soulignent de bons connaisseurs du dossier, que cette solution est techniquement viable et efficace. D'autant plus que c'est également la solution prônée par un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales sur le tiers payant rendu mi-2013.

À plus court terme, le ministère de la Santé a dû trouver une parade pour résoudre le problème de la récupération de la franchise auprès des bénéficiaires de l'Aide à la complémentaire santé (ACS). Ces patients pauvres bénéficieront du tiers payant théoriquement dès le mois de juillet. Le gouvernement a donc décidé de tout simplement… supprimer la franchise pour les ACS. Une mesure qu'il peut difficilement généraliser: les franchises représentent une recette totale de 1,5 milliard d'euros pour l'Assurance maladie.

------------------------------

15-Gironde : des propriétaires obligés de camper devant chez eux
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/gironde-des-proprietaires-obliges-de-camper-devant-chez-eux-7776909323?fb_ref=Default
06/03/2015

Des propriétaires ont eu une mauvaise surprise en rentrant d'une mission humanitaire au Maroc. Les locataires refusent de quitter leur maison et sont inexpulsables en raison de la trêve hivernale.

http://media.rtl.fr/cache/zv2xoBmsgvROFbN2hfoqYw/795v530-0/online/image/2015/0306/7776910081_les-locataires-ont-ferme-le-portail-et-refusent-de-quitter-les-lieux-illustration.jpg
Gironde : des locataires empêchent des propriétaires de rentrer chez eux

Voir la vidéo :
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/gironde-des-proprietaires-obliges-de-camper-devant-chez-eux-7776909323?fb_ref=Default

Mésaventure incroyable pour un couple à La Teich dans le bassin d'Arcachon (Gironde). Catherine et Bernard ont dû planter une tente devant leur maison avenue de Camps, car les locataires, un couple avec 4 enfants, dont le bail est arrivé à expiration le 28 février, ne veulent pas partir. Ils avaient mis leur maison en location le temps d'un séjour au Maroc pour une mission humanitaire.

Ils avaient pourtant fixé tous ensemble le jour de l'état des lieux et de la remise des clés. "Ils ne nous ont pas répondu et nous ont pas ouvert les portes, explique Bernard. On est dans cette situation depuis le premier mars." Ils ont ainsi décidé de planter une petite tente côté rue. ils y passent la journée et dorment dans un camion dans l'allée de leurs voisins.

« La police municipale est venue nous proposer un logement social, mais pourquoi pas à eux ? »
Catherine

"La police municipale est venue nous proposer un logement social, mais pourquoi pas à eux ?", se demande Catherine. C'est devenu chez eux, on ne peut pas rentrer, se révolte Bernard. On est SDF, on marche sur la tête !". La mairie du Teich s'est saisie du dossier sensible. Les propriétaires vont demander une procédure d'expulsion dès la fin de la trêve hivernale. Les locataires ont, quant à eux, décidé de ne rien dire.

------------------------------

16-Une personne seule a besoin de 1.424 euros par mois pour vivre décemment
http://www.20minutes.fr/societe/1556271-20150306-personne-seule-besoin-1424-euros-mois-vivre-decemment
06.03.2015

Un budget permettant de vivre décemment en logement social dans une ville moyenne serait de 1.424 euros pour une personne seule, et de 3.284 euros pour un couple avec deux enfants, évalue une étude de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale (ONPES) publiée vendredi.

Une personne seule a besoin de 1.424 euros par mois pour vivre décemment.
Une personne seule a besoin de 1.424 euros par mois pour vivre décemment

Lire aussi :
La moitié de la population française se serre la ceinture
http://www.alterecoplus.fr/societe/la-moitie-de-la-population-francaise-se-serre-la-ceinture-201503060943-00000935.html

Le rapport annuel de l'Observatoire livre les résultats d'une recherche menée depuis trois ans pour évaluer les «budgets de référence», nécessaires pour «une participation effective à la vie sociale». Cette étude s'inscrit dans une réflexion menée au niveau européen, visant à déterminer «un revenu minimum décent».

Des budgets pour une vie décente
Avec l'aide d'experts et de citoyens, l'ONPES a ainsi élaboré des budgets de référence pour des ménages vivant dans les villes moyennes de Tours et Dijon.
Ils ont d'abord déterminé les paniers de biens et services relevant d'un besoin minimum: disposer d'une chambre pour chaque enfant de sexe différent et de plus de 6 ans, d'une chambre d'amis pour les retraités.

Avoir une voiture d'occasion, pouvoir partir en vacances (deux semaines par an pour les actifs avec enfants, une semaine pour les retraités et les actifs sans enfant), pouvoir pratiquer des activités culturelles et sportives, inviter des amis, offrir des cadeaux. Alimentation, habillement, soins et hygiène corporelle ont également été pris en compte.

Les budgets nécessaires à une vie décente, pour un ménage logé dans le parc social, ont ainsi été établis entre 1.424 euros pour une personne active seule (1.571 euros dans un logement du parc privé), et 3.284 euros pour un couple avec deux enfants (3.515 dans le privé).
Le budget nécessaire pour les familles monoparentales avec deux enfants est de 2.599 euros dans un logement social (2.830 dans le privé).
Les budgets de référence des retraités en couple sont de 2.187 euros (2.437 dans le privé), ceux des couples d'actifs sans enfant de 1.985 euros (2.133 dans le privé).

De faibles moyens pour les familles monoparentales
Ces budgets ont permis de déterminer la part des ménages qui sont en situation financière tendue. Ainsi, selon l'étude, les familles monoparentales sont soit pauvres (55%), soit disposent de moyens insuffisants pour vivre décemment (40%).
14% des retraités seuls sont pauvres, 45% en risque de restrictions.

Seuls 12% des couples d'actifs sans enfant sont dans cette situation (5% sous le seuil de pauvreté, 7% amenés à renoncer à certains biens et services jugés nécessaires pour vivre décemment). Il s'agit de la catégorie la moins en difficulté.
12% des couples avec deux enfants vivent sous le seuil de pauvreté, 24% doivent s'imposer des restrictions.
Le seuil de pauvreté se situe à 60% du niveau de vie médian (987 euros par mois).

------------------------------

17-Impôt : Bientôt la redevance TV sur les mobiles ?
http://nr.news-republic.com/Web/ArticleWeb.aspx?regionid=2&articleid=37208892
6 MARS 2015

En France, les propriétaires d'une télévision doivent s'acquitter chaque année de la redevance, ou "contribution à l'audiovisuel public". Soit la modique somme de 136 € au dernier comptage officiel.

Image

Cet impôt pourrait bientôt aussi s'étendre aux smartphones et autres tablettes. C'est du moins ce que préconise Marc Schwartz, magistrat à la Cour des comptes, dans un rapport remis hier au gouvernement sur l'avenir de France Télévisions.

Le rapporteur réclame notamment un "élargissement de l'assiette de la redevance aux nouveaux supports de réception de la télévision", une décision qui "permettrait d'assurer l'adaptation du paiement au service public de l'audiovisuel à l'évolution des pratiques et des usages, en particulier la forte croissance du visionnage de l'offre télévisuelle sur les tablettes, smartphones, ordinateurs individuels et autres supports numériques, et de prévenir l'érosion future de l'assiette."

Pour comprendre les raisons de ce changement éventuel, il faut savoir que le taux d'équipement des foyers en téléviseurs est extrêmement haut (96,7 %), mais en baisse, avec moins 1,4 point en un an.

Le changement pourrait intervenir à partir de 2016, avec le passage de la loi de finances. Rien n'a filtré en revanche concernant le tarif ou la modalité de ce nouvel impôt sûrement très impopulaire.

------------------------------

18-Bérangère Krief : au pays du pan-pan cul-cul !
http://www.lepoint.fr/invites-du-point/berengere-krief/berangere-krief-au-pays-du-pan-pan-cul-cul-06-03-2015-1910436_2391.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Matinale]-20150306
Le Point - Publié le 06/03/2015

La France s'est pris une fessée déculottée pour ne pas avoir interdit les châtiments corporels. Une nouvelle qui a inspiré Bérengère Krief.

44 pays ont déjà interdit la fessée.
44 pays ont déjà interdit la fessée.

Cette semaine, mon pays s'est fait réprimander ! Une fessée cul nu pour ne pas l'avoir interdite... la fessée. Mon pays est un peu honteux. Il regarde ses pieds, se ronge les ongles et balbutie des excuses minables. Mais les faits sont là : ils sont quarante-quatre à avoir réussi l'examen, cette fayote de Suède en chef de file. Quarante-quatre à avoir compris que l'on pouvait crier, humilier, envoyer au coin, ou faire recopier le bottin, mais pas lever la main !

Mon pays aime se sentir singulier. Depuis sa révolution, il aime sa réputation d'insoumis, de contestataire, de cheval indomptable. Il fait partie de "l'écurie Europe", mais il se cabre dès qu'il le peut... Mon pays est gourmand, il revendique ses traditions, son terroir et son histoire. Il se moque des normes, des études, et des conclusions des cols blancs. Il gave ses oies, laisse moisir son roquefort, et fait chabrot en riant fort. Mon pays se complaît dans ses travers comme s'il ne voulait pas décevoir le chaland de passage sur nos terres. Il râle, il s'oppose, il n'aime pas le changement, il n'est jamais content. Il descend dans la rue pour bramer sa colère et défendre sa cause.

Plus que tout, il aime être le pot de terre et défier sans plier tous les géants de fer. Mon pays a fait de ses contradictions ses armoiries apposées en filigrane sur son drapeau. Il se veut intello, prône les débats d'idées, et fabrique à la chaîne des philosophes qui philosophent sur les creux de notre époque. Il aime parler, souvent, tout le temps, parfois intelligemment, parfois pour rien. Mon pays adore donner son avis. Mon pays est orgueilleux, fier de sa lignée, également de ses péchés. Il aime ses présidents qui mangent de l'ortolan, ont des filles cachées, des maîtresses à foison, mais il veut du panache, du beau verbe, de la classe. Il exècre la normalité, vénère la liberté et l'irrévérence.

Mon pays est masochiste. Il aime se fouetter, se répéter qu'il est mauvais, se condamner à l'échec. Il se menotte lui-même pour mieux s'handicaper, il taille ses propres bâtons pour les mettre dans ses propres roues. Il se griffe, il se frappe, il veut se faire du mal. En fait, il veut qu'on l'aime.
Mon pays est divisé. Il a des maux de ventre, des turpitudes internes. Il geint, l'oeil vitreux, en espérant qu'une maman qui sent bon la vanille viendra à son chevet lui lire un conte de fées, le dispenser d'école.

Mon pays est capricieux. Il veut les mêmes jouets que son copain USA. Il est jaloux de lui, le critique sans merci et l'aime à la folie.
Il veut jouer avec l'Europe, mais il n'aime pas ses règles, il veut ses douceurs et réfute ses contraintes.
Mon pays est parfois mal élevé, il répond, il provoque, et n'aime pas s'excuser. En fait, mon pays est un garnement trop gâté, il a tout, mais il veut plus encore. Il est aimé, mais il veut être le préféré. Il mérite une fessée !

Seulement, voilà, elle est désormais interdite.Toutes les petites fesses de France peuvent bien se réjouir. De toute évidence, il y a mieux pour éduquer que de faire rosir le popotin d'un plus petit que soi... Mais ne vous félicitez pas trop vite petits fessiers impertinents, la route est encore longue avant l'abolition de la fessée. Mon pays est ainsi, il aime laisser le temps au temps... Quitte à le perdre aussi souvent. Cette semaine, mon pays a pris une sacrée déculottée. Adieu le pan-pan cul-cul.

------------------------------

19-Bordeaux "meilleure destination européenne" devant notamment Londres et Rome
http://www.lepoint.fr/societe/bordeaux-meilleure-destination-europeenne-devant-notamment-londres-et-rome-11-02-2015-1904145_23.php
11/02/2015

Bordeaux a remporté le titre de "meilleure destination européenne 2015" devançant Lisbonne et Athènes ou d'autres grandes capitales du Vieux Continent, comme Londres, Rome et Berlin, a annoncé mercredi l'Office du Tourisme.

Des gens se baignent à Bordeaux le 25 août 2014
Des gens se baignent à Bordeaux le 25 août 2014

Au terme d'une consultation en ligne durant trois semaines, Bordeaux s'est finalement hissée au premier rang des destinations
touristiques, avec 42.396 votes, soit 17% des votes enregistrés sur un total de 244.696, talonnée par Lisbonne (37.621 votes).
European Best Destination (EBD) est un site en ligne privé anglophone basé à Bruxelles qui, depuis 2009, s'efforce de promouvoir le tourisme en Europe en partenariat avec les offices de tourisme de 150 villes europénnes, à travers son site europeanbestdestinations.com.

Maximilien Lejeune, Directeur Général d'EBD, a salué la "victoire d'un collectif" qui a trouvé "un écho dans l'engagement des autorités politiques, médias régionaux, clubs sportifs, hôtels, restaurants, institutions, privés et particuliers". Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, s'était ainsi fortement impliqué sur les réseaux sociaux.

Les dix clips promotionnels, réalisés par l'Office de Tourisme de Bordeaux, appelant au vote, ont enregistré plus de 120.000 vues sur Facebook.

La candidature de Bordeaux, face à des mégalopoles européennes comme Londres, a été relayée sur l'ensemble du globe, du Japon aux Etats-Unis, des Pays-Bas à la Chine et Hong Kong et de la Belgique à l'Algérie, précise l'Office du Tourisme.

------------------------------

20-Ces Français expatriés si contents d'avoir quitté la France !
http://www.demotivateur.fr/article-buzz/ces-fran-ais-si-contents-d-avoir-quitt-la-france--1760
24-01-2015

1 600 000, c’est le nombre de Français qui ont tout quitté pour partir vivre à l’étranger. Souvent à la recherche d’une meilleure qualité de vie, ces expatriés ne doivent pas regretter leur choix, puisque leur nombre a augmenté de 35% en dix ans !

http://www.demotivateur.fr/images-buzz/1489/2553ae90-3ec0-4860-8ab6-8c46d8faf74a-620x372.jpeg

Voir la vidéo :
Best Of : 9 mois à la rencontre de ces français du bout du monde
http://vimeo.com/100244785

Sans savoir ce qu’ils allaient trouver dans leur nouveau pays d’adoption, ils ont pourtant franchi le pas. Beaucoup vivent au soleil, loin du stress parisien disent-ils.

Anne Sellès, qui gère le blog "Aller voir ailleurs si j’y suis", a effectué un tour du monde pendant 9 mois, un périple qui lui a permis de rencontrer certains d’entre eux. Et peu importe le pays où ils vivent désormais, leurs discours ont un point commun : ils ne prévoient pas de rentrer.

Cependant, il est tout de même important de préciser que l’immense majorité ne part pas pour fuir la France, mais bien pour avoir une qualité de vie qu’il est difficile à acquérir dans l’hexagone. La deuxième raison souvent citée, c’est la découverte de nouvelles cultures et de nouvelles coutumes.

Pour tous ceux qui ont pour projet de quitter la France, cette vidéo leur donnera sûrement l’envie et la motivation de passer aux actes. Bon voyage !

------------------------------